DS3 Crossback : une version électrique très convaincante pour 2019 (+ photos)

Publié le 13 septembre 2018 à 17h00 | Fabrice SPATH | 4 minutes

Premier véhicule électrique de la marque, le DS3 Crossback E-Tense offrira une autonomie réelle de 300 km sur une seule charge

Premier véhicule électrique de la marque, le DS3 Crossback E-Tense offrira une autonomie réelle de 300 km sur une seule charge

NOUVEAUTE – Amené à remplacer la citadine DS3 née il y a 8 ans, le crossover urbain DS3 Crossback vient d’être révélé à la presse avant une présentation au grand public lors du prochain Mondial de Paris. Très attendue, la version électrique baptisée E-Tense sera commercialisée à l’été 2019 et offrira une autonomie réelle de 300 km.


En 2016, le groupe Peugeot Citroën dévoilait au travers d’une journée dédiée à l’innovation la plateforme modulaire e-CMP réservée à ses futurs modèles électriques et leurs principales caractéristiques. Durant plus de deux ans, le groupe présidé par Carlos Tavares a laissé le champ libre à la concurrence en Europe, dont la citadine Renault ZOE, la compacte Nissan LEAF et, plus récemment, le crossover urbain Hyundai Kona (lire notre essai). L’été prochain, le label premium du groupe devenu indépendant l’an passé investira ce marché auquel le patron, par ailleurs Président de l’ACEA, ne croit pas vraiment.

Batterie Lithium-Ion de 50 kWh

Première voiture électrique de troisième génération du groupe – après les Peugeot 106 Electric des années 1990 et les Citroën C-Zero des années 2010 –, le DS3 Crossback repose sur la base technique e-CMP qui sera partagée avec les cousines Peugeot 208 et Opel Corsa. Une plateforme modulaire qui accueillera une batterie Lithium-Ion d’une capacité de 50 kWh, soit entre la pile de 39,2 kWh et celle de 64 kWh du sud-coréen Kona.

Une énergie embarquée qui, selon le nouveau cycle WLTP proche des conditions réelles d’utilisation, offre une autonomie moyenne de 300 km. Soit l’autonomie de Renault ZOE pourtant dotée d’une pile de 41 kWh. Une comparaison qui laisse entrevoir une consommation énergétique plus prononcée, probablement liée à un poids plus élevé et à un aérodynamisme moins léché.
 

Chargeur embarqué de 11 kW

Autre bonne surprise : la recharge. Contrairement au très luxueux Mercedes EQC qui sera doté à son lancement d’un chargeur 7 kW AC, le futur DS3 Crossback E-Tense s’offre un chargeur de 11 kW AC qui, sur une borne adaptée, réduit le temps de charge à 5 heures. Et, accessoirement, lui permet de tirer profit des très nombreuses bornes « accélérées » en 22 kW AC déployées en France et en Europe.

En matière de charge rapide, les ingénieurs français ont également bien travaillé. Et à l’instar du Hyundai, le DS3 pourra faire le plein en seulement 30 minutes sur une station à haute puissance au standard CCS (100 kW, de 10 à 80 %). DS Automobiles fait donc mieux que son concurrent moins prestigieux qui demande 24 minutes de plus sur une station équivalente dont le déploiement est en cours sur l’ensemble du Vieux Continent.

Peugeot Citroën : en 2023, 8 véhicules sur 10 seront électrifiés 

Tarif estimé à 28 000 euros

Animé par un bloc de 100 kW / 136 ch développant un couple maximal de 260 Nm, le DS3 E-Tense exécute le 0 à 100 km/h en 8,7 secondes tandis que la vitesse maximale en mode Sport est limitée électroniquement à 150 km/h. Long de 4,12 m, large de 1,79 m, le modèle dispose d’un empattement de 1,55 m et d’un volume de coffre de 350 litres (banquette arrière en place).

Le petit frère du DS7 E-Tense à motorisation dont nous avons testé l’un des rares prototypes sera doté d’éléments stylistiques spécifiques parmi lesquels une calandre et des boucliers redessinés. Dotées d’équipements de sécurité et de confort inédits sur le segment, les versions thermiques (diesel et essence) seront commercialisées début 2019 à un tarif d’accès estimé de 24 000 euros.

La version électrique suivra l’été suivant, probablement avec un surcoût d’environ 10 000 euros, à raison de 200 euros le prix du kWh de batterie. De quoi positionner le concurrent « zéro émission » des Audi Q2, Mini Countryman et Volkswagen T-Roc aux alentours de 28 000 euros, bonus « écologique » de 6 000 euros déduit. Davantage si DS Automobiles choisit de ne proposer cette déclinaison que sur les finitions hautes, mieux équipées, mais plus chères.

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.