ESSAI – DS7 Crossback : la version hybride rechargeable testée sur circuit

Publié le 11 décembre 2017 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 5 minutes

Premier crossover du jeune constructeur, la DS7 Crossback sera également le premier modèle à motorisation hybride rechargeable du groupe Peugeot Citroën

Premier crossover du jeune constructeur, la DS7 Crossback sera également le premier modèle à motorisation hybride rechargeable du groupe Peugeot Citroën

Premier SUV du jeune constructeur récemment émancipé de Citroën, la DS7 Crossback sera également la première hybride rechargeable du groupe PSA. Avec sa triple motorisation essence-électrique de 300 ch, ses dimensions entre deux segments et son habitacle raffiné, le crossover premium nourrit de grandes ambitions chez DS Automobiles. Premier essai au volant de l’un des deux prototypes E-Tense sur circuit fermé, en attendant sa commercialisation mi-2019.

 

Entre deux segments

E-Tense : un label propre au constructeur DS Automobiles émancipé en juin 2014 de son aîné Citroën. Une appellation dédiée aux concepts incarnant les futurs modèles électriques et hybrides rechargeables de la gamme premium du groupe PSA. Si le coupé « zéro émission » dévoilé en 2016 au salon de Genève n’aura pas droit à une version de production (lire notre article), le crossover DS7 Crossback affublé du même label un an plus tard sur le même événement helvète poursuit sa phase finale de développement tandis que sa commercialisation est attendue pour le printemps 2018, au plus tôt. L’occasion de tester en marge des essais presse – portant exclusivement sur le 2.0 l diesel de 180 ch – l’un des seuls prototypes sur le circuit fermé de Versailles-Satory.

Extérieurement, le premier modèle hybride rechargeable de PSA Group ne se distingue de ses homologues thermiques que par la présence d’une trappe de charge encore mal intégrée sur l’aile arrière gauche. Pour le reste, l’accumulation de chrome sur l’imposante calandre avant, les optiques avant full LED directionnels ou encore les optiques « en écaille » à l’arrière sont identiques. Les proportions sont harmonieuses et la taille de la DS7 (4,57 m de long et 1,895 m de large) le positionne entre deux segments. Celui des petits SUV incarnés par les Audi Q3, BMW X1, Jaguar E-Pace, Mercedes GLA, Volvo XC40 et celui des crossovers compacts représentés par les Q5, X3 et GLC. Astucieux, le positionnement vise à séduire un large éventail de clients.

 

Luxe, habitabilité et performances

Dans l’habitacle, les finitions, la personnalisation et l’emploi de matériaux nobles sont censés défendre une certaine idée du luxe à la française. Installation Hi-Fi signée Focal, horloge BRM qui pivote à chaque démarrage, six ambiances aux noms évocateurs (Bastille, Rivoli, Faubourg, Opéra, Preformance Line, La Première) : l’ensemble est chic, raffiné et respire la modernité. Les deux passagers arrière bénéficient de sièges inclinables électriquement sur 15° et jouissent d’une bonne habitabilité grâce à l’allongement de 55 mm de la plateforme EMP2 étrennée par le cousin Peugeot 3008. Quant au coffre, il offre un volume de chargement oscillant entre 555 et 1 750 l, y compris sur la variante hybride qui ne souffre pas de l’implantation de la batterie.

Tandis que les versions animées par des blocs essence et diesel ne bénéficieront que d’un système de motricité renforcée issu du 3008, la déclinaison hybride rechargeable sera la seule à recevoir une transmission intégrale. Grâce à sa triple motorisation composée d’un bloc 1,6 l Pure Tech essence de 200 ch, d’un premier moteur électrique de 80 kW / 110 posé sur le train avant et d’un second installé sur le train arrière, la DS7 E-Tense gagne en efficacité. Alimenté par une batterie Lithium-Ion d’une capacité de 13 kWh et piloté par une boîte de vitesses automatique à 8 rapports (EAT8), l’ensemble développe une puissance appréciable de 300 ch et un couple maximal de 450 Nm.

DS7 Crossback hybride rechargeable

 

Deux tours de piste, en électrique puis en hybride

Le premier tour sur circuit est réalisé en mode électrique, l’un des cinq modes de fonctionnement de la chaîne de traction proposé par le véhicule (Electrique, Auto, Sport, 4x4, Hybrid Confort). Les accélérations sont linéaires et le silence à bord magistral jusqu’à la vitesse maximale (135 km/h) grâce au seul emploi du moteur électrique arrière. Un choix technique imposé par l’absence de vibrations et de bruits de fonctionnement de la boîte EAT8. Sur ce mode, il s’agit d’un véhicule électrique à propulsion dont l’autonomie annoncée par le constructeur selon le nouveau cycle WLTP (proche de la réalité) approche les 50 km sur une seule charge. Un plein d’énergie qui peut être réalisé en 1h40 sur une borne de recharge de 7 kW ou en 6h sur une prise domestique.

Le second tour est réalisé en hybride, une configuration qui associe les blocs essence et électrique avant. Si les à-coups liés au prototype nuisent au confort de conduite, la puissance délivrée offre d’excellentes accélérations et reprises, ce malgré la prise de poids (250 à 300 kg de plus que le futur THP essence de 225 ch, soit environ 1 720 kg). Le 0 à 100 km/h est ainsi avalé en toute juste 7 s, le 1 000 mètres D.A. en 27,5 s et le 80 à 120 km/h exécuté en 4 s. Dotée d’une armada d’aides à la conduite dont une caméra infrarouge ou encore un amortissement piloté « prédictif » (via une caméra scrutant en temps réel l’état de la chaussée), on comprend mieux pourquoi la version E-Tense coiffera la gamme DS7.

 

L’ABC : l’avis de BreezCar

L’enjeu du lancement de la DS7 Crossback est stratégique pour la jeune marque. Il vise aussi à asseoir sa légitimité sur le très disputé marché du premium et à assurer un avenir à une gamme complète de 6 véhicules. Son réseau actuel composé de 140 concessionnaires (370 dans le monde) aura toutefois fort à faire pour dynamiser les ventes de cette déclinaison hybride rechargeable facturée au printemps prochain aux alentours de 65 000 euros, soit deux fois le prix du ticket d’entrée DS7. Mais le modèle a pour lui d’offrir une triple motorisation à très faibles émissions sans équivalent sur le marché et d’être une belle opportunité d’optimisation fiscale pour les entreprises (TVS). La présentation de la version de série n’est en revanche pas attendue avant le prochain Mondial de Paris (automne 2018) et les premières livraisons interviendront dans la foulée.

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.