Electrique : avant la BMW i3, il y eut la BMW 1602e (+ vidéo)

Publié le 06 septembre 2017 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

41 ans avant l’innovante citadine BMW i3, le constructeur dévoilait aux Jeux Olympiques d’été de Munich une BMW 1602 électrifiée offrant une autonomie de 60 km

41 ans avant l’innovante citadine BMW i3, le constructeur dévoilait aux Jeux Olympiques d’été de Munich une BMW 1602 électrifiée offrant une autonomie de 60 km

Le constructeur bavarois a ressorti des cartons l’an passé la BMW 1602e, un modèle « zéro émission » né au début des années 1970 qui revendiquait une soixantaine de kilomètres d’autonomie. Preuve que la BMW i3 n’est pas la première voiture électrique de la marque allemande. Rendez-vous le week-end prochain à Chantilly pour l’admirer.

 

Une électrique des années 70 

En publiant une vidéo d’un petit coupé plutôt élégant des années 70, BMW révèle que les premiers modèles de la gamme i ne se trouvent pas être les premières voitures électriques de la firme allemande. Dès le démarrage de la vidéo, le bruit unique des véhicules électriques caractérisé par un petit sifflement confirme le type de motorisation de la voiture. Il s'agit en fait d'un prototype qui a vu le jour au début des années 1970 afin de faire face aux normes antipollution de certains États américains, notamment la Californie, qui se préoccupaient déjà de la pollution liée aux émissions de CO2 dans les années 60. Une Amérique qui au passage, était considérée depuis longtemps comme le plus gros pollueur au monde.

 

Jusqu’à 60 kilomètres d’autonomie 

Baptisé BMW 1602, il s’agit de la première vraie voiture électrique aboutie de l’histoire de BMW, mais pas assez pour « prétendre à une production de série » selon la marque. En effet, utilisée lors des jeux Olympiques d’été de Munich de 1972, la voiture avait sous son capot, non pas un quatre cylindres essence, ni de batterie à technologie lithium-Ion ou encore une double motorisation électrique à la façon Tesla Model S P100D. Le constructeur n’avait recours à cette période qu’à un branchement assez archaïque combinant une douzaine de batteries au plomb de 12 volts pesant 350 kg, un ensemble de câbles et quelques commutateurs d’époque. Une configuration qui fait forcément exploser le poids de la voiture et qui a également un impact sur sa performance. Côté autonomie, le constructeur à l’hélice communiquait alors une soixantaine de kilomètres réalisée sur une seule charge grâce à un petit moteur électrique développant une puissance de 32 kW, soit presque 44 ch.

 

CHANTILLY : à l’occasion de l’édition 2017 du Chantilly Arts & Elegance Richard Mille organisée les samedi 9 et dimanche 10 septembre prochains, retrouvez cet exemplaire unique aux côtés de véhicules d’exception.

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.