Mini Countryman S E ALL4 : le baroudeur chic et hybride à l’essai

Publié le 03 juin 2017 à 20h00 | Fabrice SPATH | 6 minutes

Rechargeable en 3h15 sur une prise standard, la batterie du Mini Countryman hybride rechargeable offre une autonomie moyenne de 30 km en mode « zéro émission »

Rechargeable en 3h15 sur une prise standard, la batterie du Mini Countryman hybride rechargeable offre une autonomie moyenne de 30 km en mode « zéro émission »

Première Mini à motorisation électrifiée, le Countryman S E ALL4 allie sobriété au quotidien et agrément de conduite. Fiscalement optimisé, le crossover hybride rechargeable reprend l’architecture à transmission intégrale de sa cousine BMW 225xe Active Tourer. Premier essai à son volant sur les routes de Catalogne.

 

Cousin de la BMW 225xe iPerformance

A peine sortie, la seconde génération du Countryman s’offre une déclinaison hybride rechargeable dont la commercialisation débute en ce mois de juin. Une version baptisée S E ALL4 qui créée pour l’occasion une micro-niche sur le segment des petits crossovers chics et branchés. Et pour électrifier son modèle né en 2010 d’un élargissement de sa gamme, le constructeur britannique est allé piocher dans la banque d’organes du groupe allemand. A commencer par la plateforme UKL partagée avec le monospace compacte BMW Série 2 mais aussi la chaîne de traction à double motorisation essence-électrique étrennée par la variante 225xe iPerformance uniquement disponible en Active Tourer 5 places (lire notre essai de la BMW 225xe).

 

Double motorisation essence-électrique

Installé sous le capot avant, le moteur 3 cylindres 1,5 l essence turbo de 136 ch est combiné à un bloc électrique de 65 kW / 88 ch posé sur l’essieu arrière. Une architecture qui offre au Countryman une transmission intégrale « électrique » rendant le classique arbre mécanique reliant les deux trains. Piloté par une excellente boîte de vitesses automatique Steptronic à 6 rapports, l’ensemble développe une puissance cumulée de 224 ch et un couple maximal de 385 Nm (dès 1 250 tr/mn). Et à l’instar de la BMW 225xe, la batterie Lithium-Ion d’une capacité totale inchangée de 7,6 kWh (5,7 kWh utiles) est logée sous la banquette arrière. Une cavalerie et une pile qui offrent des accélérations toniques (0 à 100 km/h en 6,8 s) et une autonomie théorique de 42 km en mode « zéro émission » (découvrez tous les détails techniques sur notre fiche Mini Countryman S E ALL4).

 

Autonomie moyenne de 30 km

Si la partie mécanique n’offre aucune surprise, il en est autrement à son volant où l’excellent agrément de conduite est conforme à celui distillé par le reste de la production Mini. Et quand bien même la version hybride affiche 245 kg de plus (à 1 660 kg) que le Countryman S animé par un 2.0 l essence, elle sait se montrer agile et particulièrement performante en mode Sport grâce au durcissement des suspensions et de la direction. Disponible immédiatement, le généreux couple du moteur électrique n’est pas non plus étranger aux reprises canon. Dans les rues de Barcelone, le mode MAX eDrive permet de profiter pleinement du mode électrique (jusqu’à 125 km/h) dont l’autonomie oscille entre 25 et 35 km en conditions réelles d’utilisation.

Mini Countrymman S E ALL4 

Optimisation de la gestion des énergies

Le second mode (Auto eDrive) laisse au système la gestion automatique des deux sources d’énergie et, en fonction de l’itinéraire de navigation GPS, anticipe le parcours et optimise encore davantage cette gestion. Tout aussi intéressant, le mode Save Battery permet de conserver la capacité de la batterie – sur autoroute par exemple – et d’utiliser le mode « zéro émission » plus tard en ville. Une fonctionnalité présente sur tous les modèles hybrides rechargeables mais qui, ici, impose de maintenir l'état de charge de la batterie à 90 % et donc de charger cette dernière au moyen … du bloc essence. Une option dispendieuse, sa mise en marche induisant une surconsommation de 2-3 l /100 km. Dans tous les cas de figure, le système conservera au moins 7 % d’énergie dans la batterie afin d’alimenter le moteur électrique à tout moment et de conserver une motricité optimale.

 

Temps de charge : de 2h30 à 3h15

Extérieurement, ce Mini Countryman S E ALL4 hérite de quelques discrets appendices à l’image des badges E posés sur la malle arrière et les ailes avant ainsi que la trappe de charge située sur l’aile avant gauche. Une prise qui permet de recharger la batterie de son véhicule sur une source d’énergie externe, soit une prise de courant domestique standard (3h15) ou une borne de recharge résidentielle (Wallbox) ou publique délivrant une puissance de 3 kW (temps de charge limité à 2h30). Dans l’habitacle, seuls les seuils de portes et le bouton Stop & Start spécifiques trahissent la présence d’une motorisation hybride rechargeable. Le Countryman à faibles émissions souffre toutefois de la comparaison avec ses homologues thermiques par un volume de coffre moins généreux (de 405 à 1 275 litres vs 450 à 1 390 litres). Une caractéristique liée à l’implantation de la batterie.

 

L’ABC : l’avis de BreezCar

Malgré son poids élevé (1,7 tonne), le Countryman hybride rechargeable est une véritable Mini. Agrément de conduite, passages rapides dans les virages avec un roulis contenu et performances qui tutoient les chronos de la John Cooper Works font partie des quelques réjouissances. Associée à une transmission intégrale et à une autonomie électrique de 30 km, cette version à faibles émissions polluantes est sécurisante et adaptée à la majorité des trajets du quotidien. Un tableau toutefois entaché par une consommation élevée lorsque la batterie est déchargée (7,6 l / 100 km lors de notre essai), un réservoir amputé par l’implantation de la batterie (35 l), l’impossibilité d’installer un crochet d’attelage et des bruits de roulement à haute vitesse moins atténués dans l’habitacle que dans celui de la BMW 225xe.

Mini Cooper Countryman S E ALL4

Reste que ce Mini Countryman S E ALL4 n’a pas d’équivalent sur le marché et que ses tarifs (à partir de 37 400 euros, bonus de 1 000 euros déduit) le rendent particulièrement compétitifs face à ses homologues essence et diesel. A titre de comparaison, l’hybride est ainsi à peine plus cher qu’un Countryman Cooper S (192 ch) dénué de transmission intégrale, de boîte de vitesses automatique et affublé d’un malus. Et en finition Red Hot Chili, la version électrifiée s’offre même le luxe d’être moins chère (500 euros) que son équivalent thermique (découvrez en détails les tarifs). En prime, le modèle est fiscalement optimisé pour les entreprises grâce à ses 49 g de CO2 émis par km qui l’exonère à vie de la TVS. Désormais, c’est aux commerciaux Mini de convaincre leurs clients de la pertinence économique et environnementale de cette déclinaison. En attendant la version 100 % électrique en 2019 …

 

Caractéristiques techniques

Mini Countryman S E ALL4

Hybride rechargeable

Moteur essence

3 cylindres 1,5 l turbo

Puissance (essence)

136 ch

Puissance (électrique)

88 ch / 65 kW

Puissance totale

224 ch (385 Nm)

Batterie

7,8 kWh

Autonomie (NEDC)

42 km

Consommation (NEDC)

2,1 à 2,3l / 100 km

Vitesse max

198 km/h

0 à 100 km/h

6,8 s

Coffre

405 à 1 275 l

Prix

à partir de 38 400 euros (hors bonus)

Galerie de photos

Les plus

  • baroudeur chic
  • autonomie électrique
  • agrément de conduite
  • tarifs compétitifs

Les moins

  • poids élevé
  • attelage impossible
  • volume du coffre
  • taille du réservoir
Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.