Royaume-Uni : suppression de l’aide pour l’achat d’un hybride rechargeable

Publié le 12 octobre 2018 à 15h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

À compter du 9 novembre 2018, seuls les véhicules offrant une autonomie électrique supérieure à 113 km seront éligibles à une aide de 3 500 livres

À compter du 9 novembre 2018, seuls les véhicules offrant une autonomie électrique supérieure à 113 km seront éligibles à une aide de 3 500 livres

À compter du 9 novembre prochain, le dispositif d’aide pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable ne concernera plus les modèles dont l’autonomie est inférieure à 70 miles, soit moins de 113 km. Une décision gouvernementale liée à des arbitrages budgétaires qui exclut de fait la seconde catégorie.


Coup dur pour le nouveau Mitsubishi Outlander PHEV qui a représenté 41 % des ventes de la filiale britannique en septembre et a dominé le classement des hybrides rechargeables au Royaume-Uni. Quand bien même sa batterie Lithium-Ion a vu sa capacité croître de 15 % avec le millésime 2019, l’autonomie WLTP de 45 km proche des conditions réelles d’utilisation ne le rendra plus éligible à la subvention gouvernementale de 4 500 livres à laquelle il pouvait jusqu’à présent prétendre.

Pourquoi BMW, Mercedes ou Porsche retirent-ils leurs hybrides rechargeables ? 

Une autonomie de 113 km, sinon rien

Face au succès du dispositif et sous la pression des arbitrages budgétaires, le ministère des Transports et le Bureau des véhicules à faibles émissions a dû se résoudre à supprimer les aides à l’achat pour les modèles essence-électrique à batterie rechargeable sur une source d’énergie externe. Une décision prise au moment-même où le gouvernement français réfléchit à réinstaurer une aide de 1 000 ou 2 000 euros à destination de ce marché.

Dès le 9 novembre prochain, seuls les véhicules électriques et à hydrogène répondant aux nouveaux critères pourront prétendre à une aide de 3 500 livres (3 990 euros), un montant en baisse de 1 000 livres par rapport au précédent budget :


  • Catégorie 1 : véhicules offrant une autonomie électrique de 70 miles (113 km) minimum et émettant moins de 50 g de CO2/km (subvention unique de 3 500 livres)

  • Catégorie 2 : véhicules offrant une autonomie comprise entre 10 et 69 miles (de 16 à 111 km) et émettant moins de 50 g de CO2/km (aucune subvention)

  • Catégorie 3 : véhicules offrant une autonomie de 20 miles (de 32 km) et émettant moins de 70 g de CO2/km (aucune subvention)

Hybride rechargeable : batterie et autonomie sont appelées à progresser 

Décision louable mais prématurée

Depuis sa mise en place en 2011, le dispositif d’aide à l’achat de véhicules faiblement émetteurs a bénéficié à 160 000 Britanniques dont le choix s’est essentiellement porté sur un modèle hybride rechargeable (100 000). Pour le gouvernement de Theresa May, cette coupe budgétaire n’aura pas d’incidence notable sur les immatriculations, arguant le fait que les véhicules des catégories 2 et 3 continueront à profiter d’une taxe automobile à taux réduit et d’une subvention pour l’installation d’une borne de recharge à domicile.

Dictée par les finances, la décision est louable et montre aux constructeurs la voie à suivre dans les prochaines années en matière d’électrification de leurs gammes. Mais elle semble aussi prématurée, la nouvelle génération de Plug-in Hybrid aux capacités de batteries plus généreuses n’offrant pas plus de 60 km d’autonomie WLTP en mode « zéro émission ».

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.