Pourquoi BMW, Mercedes ou Porsche retirent-ils leurs hybrides rechargeables ?

Publié le 27 septembre 2018 à 17h00 | Fabrice SPATH | 4 minutes

Parmi les rares modèles hybrides rechargeables à émettre moins de 50 g de CO2/km, le Mitsubishi Outlander PHEV dont le millésime 2019 a été profondément retravaillé

Parmi les rares modèles hybrides rechargeables à émettre moins de 50 g de CO2/km, le Mitsubishi Outlander PHEV dont le millésime 2019 a été profondément retravaillé

ANALYSE - Le marché européen des véhicules hybrides rechargeables subit le contrecoup de la mise en œuvre du nouveau cycle WLTP. Plus stricte que l’archaïque NEDC, la nouvelle norme fait flamber les émissions de CO2 de nombreux modèles, les privant des avantages fiscaux dans de nombreux pays. Pour remédier à ce problème, les constructeurs temporisent et font installer de plus grosses batteries.


50 grammes de CO2 par kilomètre parcouru : c’est la limite que beaucoup d’États en Europe ont défini pour accorder des avantages fiscaux aux modèles dont les émissions sont inférieures à ce seuil. Pour les constructeurs qui ont investi très tôt le marché des hybrides rechargeables pour répondre à cet objectif, à l’image des groupes BMW, Daimler et Volkswagen, les ventes de ce type de motorisation n’ont pas encore amorties les investissements que le cycle WLTP vient contrarier leurs stratégies.

 

Volkswagen, premier touché

A commencer par le groupe Volkswagen qui a retiré les Golf et Passat GTE de ses catalogues européens, en attendant l’arrivée du nouveau bloc essence 1,5 litre et une batterie de plus grande capacité, deux composantes qui seront inaugurées par le concept Skoda Vision RS au prochain Mondial de Paris (du 4 au 14 octobre).

La semaine passée à Dresde, lors de la présentation de la plateforme MEB dédiée aux véhicules électriques, un responsable de la marque nous confiait que l’hybride rechargeable était en sursis et pourrait tout simplement ne pas être reconduit avec l’arrivée massive de véhicules électriques accessibles et à autonomie étendue.

Interrogé par le journaliste Nick Gibbs du site Automotive News Europe, un porte-parole de la firme de Wolfsburg évoque des « tests (…) compliqués » et une « priorité [donnée aux] modèles à forts volumes ».

Hybride rechargeable : le marché paralysé par la norme WLTP 

Porsche et Volvo en difficulté

Au printemps, nous vous faisions l’écho du retrait - souvent en toute discrétion - de nombreux modèles hybrides rechargeables : une bonne partie de la gamme eDrive de BMW ou encore la totalité des modèles chez Audi et Mercedes-Benz. C’est désormais au tour de Porsche, une autre filiale du groupe Volkswagen qui vient d’annoncer l’arrêt définitif du diesel, de fermer les carnets de commandes des versions Plug-in Hybrid du SUV Cayenne et de la berline Panamera. Une berline qui, sous nos latitudes, se vend pourtant très majoritairement (69 %) avec cette technologie.

Si du côté de Stuttgart, Mercedes s’apprête à remettre sur le marché les Classe E et S animées par des chaînes de traction essence-électrique à batterie rechargeable modernisées, Volvo n’est pas à la fête. En effet, si le suédois communiquait au printemps dernier sur la conformité de l’ensemble de sa gamme à la norme d’émissions Euro 6d-Temp évaluée dans le cadre du cycle WLTP, les chiffres avancés sur ses motorisations T8 sont supérieurs à 50 g de CO2/km, dont le bestseller XC60.

Hybride rechargeable : batterie et autonomie sont appelées à progresser 

Mitsubishi Outlander PHEV, le champion du 46 g

BMW Série 225xe Active Tourer, Mercedes Classe C 350e, Volkswagen Golf GTE, Volvo XC60 T8 : autant de modèles qui ne sont plus éligibles aux avantages fiscaux dans de nombreux pays, dont l’Allemagne. En France, les véhicules dont les émissions de CO2 sont inférieures à 60 g par kilomètre bénéficient encore d’une exonération totale de la taxe sur les véhicules de société (TVS). Du moins pour l’instant, le projet de loi de finances en cours de discussion au Parlement pourrait peut-être réserver une mauvaise surprise à ce sujet.

Reste une poignée de modèles qui satisfont aux nouvelles exigences, dont le leader Mitsubishi Outlander PHEV qui vient d’être profondément retravaillé. A commencer par une motorisation essence à cycle Atkinson plus sobre mais aussi une capacité de la batterie Lithium-ion en hausse de 15 % à 13,8 kWh. Des modifications qui portent leurs fruits, le SUV émettant très exactement 46 g/km.

L’an prochain, BMW commercialisera la nouvelle version hybride rechargeable de son X5 qui, pour l’occasion, se transformera en véritable chasseur de prime, et ce malgré l’abandon du 4 cylindres turbo au profit d’un noble 6 cylindres en ligne. Chez PSA Group, DS Automobiles commercialisera dans un an la version Plug-in de son DS7 Crossback et Peugeot les versions HYBRID et HYBRID4 de ses 3008 et 508. Le point commun à l’ensemble de ces modèles : des émissions WLTP équivalentes à 49 g/km grâce à des batteries de plus grande capacité.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.