Hybride rechargeable : Renault prépare plusieurs modèles essence-électrique

Publié le 21 septembre 2018 à 21h00 | Fabrice SPATH | 4 minutes

Après son compatriote Peugeot Citroën, Renault se lance sur le marché des véhicules hybrides rechargeables avec un Captur et un Kadjar PHEV

Après son compatriote Peugeot Citroën, Renault se lance sur le marché des véhicules hybrides rechargeables avec un Captur et un Kadjar PHEV

Après son compatriote Peugeot Citroën, le constructeur au Losange s’apprête à se lancer sur le marché des véhicules hybrides rechargeables, comme en témoigne son lobbying en faveur de la création d’une prime à l’achat pour ce type de motorisation. Parmi les modèles attendus : un Renault Captur animé par une chaîne de traction héritée du concept Eolab et un Renault Kadjar embarquant la technologie PHEV développée par le nouvel allié Mitsubishi.


Renault s’est toujours refusé à commercialiser la motorisation hybride rechargeable, la considérant comme trop coûteuse sur les segments des citadines (Clio), des compactes (Mégane) et leurs déclinaisons SUV. Pourtant, il y a quatre ans, lors du Mondial de l’Automobile de Paris, la firme au Losange présentait le très intéressant concept Eolab, à la fois laboratoire technologique et étude de style.

 

Concept Eolab au Mondial 2014

Développé dans le cadre de l’appel du gouvernement Ayrault aux constructeurs nationaux pour concevoir et produire des véhicules dont la consommation de carburant sera équivalente à 2 l / 100 km en 2020, l’étude était animée par une chaîne de traction composée d’un moteur essence 3 cylindres 1.0 l de 75 ch, d’un bloc électrique de 68 ch et d’une batterie Lithium-Ion d’une capacité de 6,7 kWh offrant une autonomie théorique de 60 km en mode « zéro émission ».

Baptisée Z.E. Hybrid, l’ensemble permettait à l’Eolab de démarrer en mode 100 % électrique jusqu’à 70 km/h. A cette vitesse, le second rapport était automatiquement enclenché pour permettre au véhicule de rouler jusqu’à la vitesse de 120 km/h, toujours en électrique. Lorsque la batterie était déchargée ou lorsque le véhicule dépassait les 120 km/h, le troisième rapport enclenchait alors le moteur thermique.

Renault Eolab : comment fonctionne l’hybride à 1l/100 km ? (+ vidéo) 

Renault en faveur d’un bonus hybride

Un démonstrateur très abouti et prometteur qui, rapidement, a été remisé au garage des prototypes. Thierry Bolloré, alors directeur de la compétitivité du groupe, évoquait la raison de cette disgrâce : tant que le constructeur ne pourra pas proposer cette technologie dans une Renault Clio et la commercialiser au prix d’une version diesel, elle ne sera pas mise sur le marché. Pas même sur les segments supérieurs des berlines familiales ou des grands SUV.

Pourtant, la récente sortie des constructeurs français qui se sont publiquement manifesté en faveur de la création d’un bonus « écologique » pour les modèles essence-électrique rechargeables ne laisse désormais plus aucun doute quant aux intentions de Renault. Si on connaît depuis peu et de manière précise le plan produits du groupe PSA en la matière - 5 véhicules lancés fin 2019 début 2020 -, le support de l’industriel de Boulogne-Billancourt à cet appel au gouvernement confirme que sa gamme comportera plusieurs modèles de ce type.

Mitsubishi Outlander PHEV : 5 choses à savoir sur le millésime 2019 

Hybridation rechargeable et légère

A commencer par le Captur dont la seconde génération est attendue l’an prochain avec une motorisation vraisemblablement adaptée du concept Eolab. Partageant la plateforme modulaire CMF/B avec le crossover du Losange, le Nissan Juke héritera lui aussi de ce groupe motopropulseur. A moins que l'allié nippon réussisse à imposer sa technologie E-Power à prolongateur d'autonomie. En interne, il se murmure également qu’au Mondial de l’Automobile de Paris (du 4 au 14 octobre), une Clio électrifiée ferait son apparition, sans que l’on sache s’il s’agit d’une hybridation légère basée sur un bloc diesel - un système inauguré en 2016 par le Scénic - ou d’une variante Plug-in.

Sur le segment supérieur des SUV compacts, les cousins Nissan Qashqai et Renault Kadjar hériteront quant à eux d’une chaîne de traction hybride rechargeable développée par le nouvel allié Mitsubishi, leader des ventes sur le marché européen avec son Outlander PHEV dont la version améliorée vient d’être commercialisée en France. Début 2015 déjà, des sources internes au constructeur révélaient qu’une variante ZEOD - zero emission on demand - du Kadjar allait être commercialisée à l’horizon 2018. Reste maintenant au constructeur de préciser son calendrier.

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.