Hybride rechargeable : Peugeot Citroën milite pour le retour du bonus en 2019

Publié le 21 septembre 2018 à 07h00 | Fabrice SPATH | 2 minutes

Pour doper les ventes de ses futures hybrides rechargeables, le groupe PSA demande à l’État d’instaurer un bonus de 2 000 euros dès le 1er janvier 2019

Pour doper les ventes de ses futures hybrides rechargeables, le groupe PSA demande à l’État d’instaurer un bonus de 2 000 euros dès le 1er janvier 2019

Après le CCFA en début de mois, c’est au tour du groupe automobile PSA Peugeot Citroën de se prononcer en faveur du retour d’un bonus « écologique » pour les modèles hybrides rechargeables. Un militantisme qui arrive à point nommé, ses premiers modèles essence-électrique débarquant en concession l’an prochain.

Début septembre, le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) lançait la première charge au sujet de l’instauration d’un nouveau bonus « écologique » en faveur des hybrides rechargeables. Rabotée au fil des ans, l’aide à l’achat d’un montant initial de 4 000 euros a fini par disparaître au 1er janvier 2018.

Vers une aide de 2 000 euros

Estimant que le marché est désormais mature et que les modèles essence-électrique à batterie rechargeable sur une source d’énergie externe sont un bon moyen de réduire les émissions de CO2 du parc français, Christian Peugeot, Président du CCFA et par ailleurs ancien directeur général de la marque au Lion en Allemagne, précisait alors que des discussions avaient été engagées avec le gouvernement pour mettre en place une nouvelle aide de 2 000 euros.

Hybride rechargeable : fin des exonérations fiscales, chute brutale des ventes 

Renault, l’allié surprise

Une position aujourd’hui publiquement défendue par le groupe PSA mais aussi, chose plus surprenante, par Renault, un constructeur qui s’est toujours refusé à commercialiser un véhicule animé par une chaîne de traction hybride rechargeable, malgré le prototype avancé de l’Eolab dévoilé en 2014 au Mondial de l’Automobile de Paris.

Ensemble, les trois acteurs militent pour qu’un coup de pouce financier de la part de l’État soit inscrit dans le nouveau projet de loi de finances qui sera débattu au Parlement à compter de lundi.

Voiture électrique : la fin des aides tuera-t-elle le marché ? 

Financé par l’excédent du bonus/malus

Tardif, cet acte militant arrive à point nommé pour Peugeot Citroën. Le SUV DS7 Crossback E-Tense, son premier modèle essence-électrique, sera commercialisé mi-2019. Suivront à l’automne les versions à très faibles émissions polluantes du cousin Peugeot 3008 puis, en fin d’année, la berline et le break SW Peugeot 508.

Pour financer ce nouveau dispositif, le CCFA souhaite employer l’excédent du bonus-malus « écologique » qui, en 2017, a atteint 45,5 millions d’euros. De quoi financer très exactement 22 700 véhicules hybrides rechargeables. Un marché sur lequel Mitsubishi avec son Outlander PHEV mais aussi BMW ainsi que le groupe Hyundai-Kia sont déjà très actifs.

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.