Cobalt : Volkswagen en consommera jusqu’à 36 000 tonnes par an en 2025

Publié le 24 septembre 2017 à 07h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Pour alimenter les batteries de ses futurs modèles électriques, le groupe allemand lance un grand appel d’offres à destination des acteurs de la filière cobalt

Pour alimenter les batteries de ses futurs modèles électriques, le groupe allemand lance un grand appel d’offres à destination des acteurs de la filière cobalt

Indispensable à la fabrication de batteries Lithium-Ion pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, le cobalt aiguise les appétits des équipementiers et des constructeurs. A l’image du groupe Volkswagen qui a lancé un appel d’offre portant sur 10 ans d’approvisionnement du précieux métal destiné à alimenter la production de 3 millions de véhicules en 2025.

 

150 GWh de batteries pour 80 modèles électriques en 2025

Matière première essentielle à la fabrication des batteries pour véhicules à très faibles émissions polluantes, le cobalt est l’objet de toutes les attentions de la part des constructeurs soumis à un contexte d’électrification sans précédent. Sous la pression des normes antipollution mais aussi des restrictions de circulation mises en œuvre par un nombre croissant de métropoles mondiales, les industriels souhaitent sécuriser leurs approvisionnements. A commencer par Volkswagen qui a annoncé la veille de la 67e édition du salon de Francfort que ses marques lanceront pas moins de 80 modèles « zéro émission » à l’horizon 2025 et que l’ensemble de ses 300 modèles seront électrifiés 5 ans plus tard. D’ici à 2030, le premier groupe automobile de la planète investira 20 milliards d’euros dans la mobilité électrique.

Une ambition d’un marché électrique de masse qui pourra être satisfaite à condition de sécuriser l’approvisionnement du groupe en matières premières, cobalt et lithium en tête. Pour ce faire, Volkswagen a lancé un appel d’offres à destination de la filière cobalt dont les réponses sont attendues pour fin septembre. Selon l’agence Reuters qui a interrogé des sources de la filière, le groupe allemand souhaite finaliser d’ici la fin de l’année des contrats de long terme (10 ans) avec plusieurs fournisseurs. Une vaste offensive dont le montant pourrait se chiffrer à 50 milliards d’euros et devrait être l’un des plus importants appels d’offres de l’histoire de l’industrie automobile. Si Volkswagen s’est refusé à commenter cette information, le service de presse a précisé que les besoins en capacité de batteries dépasseraient les 150 GWh par an à compter de 2025.

Volkswagen ID Crozz 

Jusqu’à 36 000 tonnes de cobalt par an pour Volkswagen

Indispensable à la production des batteries électriques, le cobalt leur assure une haute densité énergétique et allonge leur durée de vie. Sous-produit du cuivre et du nickel, le précieux métal représente environ 8 à 12 kg du poids total d’une batterie Lithium-Ion actuelle (30 à 40 kWh). Avec l’accroissement des capacités destiné à doper l’autonomie des véhicules électriques, cette proportion pourrait doubler dans les prochaines années. A moins que la chimie des accumulateurs ne soit profondément modifiée. Volkswagen annonce ainsi un ratio actuel de 60 % de nickel, 20 % de cobalt et 20 % de manganèse mais estime qu’à terme ce ratio pourrait évoluer vers un 80 % / 10 % / 10 %.

Des incertitudes qui font adopter au groupe de Wolfsburg une attitude de prédateur comme en témoignent les clauses de l’appel d’offres assorties d’un prix fixe mais tout en laissant la possibilité au constructeur de n’acheter que la quantité de métal dont il aura réellement besoin. Une autre clause porte sur le travail des enfants dont les exploitants de République Démocratique du Congo (RDC), premier producteur de cobalt au monde, sont familiers. Avec la montée en puissance des modèles « zéro émission » point une autre incertitude, celle de la capacité de la filière cobalt à alimenter l’industrie. Cette année, 41 000 tonnes seront produites dans le monde. Or Volkswagen aura chaque année besoin de 24 000 à 36 000 tonnes de ce métal à compter de 2025, date à laquelle le constructeur ambitionne de produire annuellement 3 millions de véhicules électriques.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.