En Norvège, Opel suspend les commandes de son électrique Ampera-e

Publié le 14 novembre 2017 à 07h00 | La rédaction | 2 minutes

Au pays de la voiture électrique reine, Opel vient de demander à ses concessionnaires de refuser toute nouvelle commande de sa berline compacte Ampera-e

Au pays de la voiture électrique reine, Opel vient de demander à ses concessionnaires de refuser toute nouvelle commande de sa berline compacte Ampera-e

Après avoir suspendu les commandes de son Ampera-e en Allemagne il y a quelques semaines, Opel ne semble également plus en mesure de suivre le rythme en Norvège. Le constructeur allemand a en effet annoncé la suspension de la signature de nouveaux contrats d’acquisition de son véhicule électrique dans le pays scandinave.

 

Les concessionnaires appelés à refuser les commandes

Il y a à peine quelques semaines, l’Opel Ampera-e a été proposée sur quatre marchés européens, dont l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas et la Norvège. Elle faisait partie de l’une des voitures électriques les plus demandées de la Norvège avec plus de 4 000 réservations signées, dont 1 000 exemplaires livrés depuis le début de l’année. Un rythme de commande auquel Opel semble avoir de plus en plus de mal à répondre. À un tel point que la firme de Rüsselsheim ne signera plus de nouveaux accords pour l’acquisition de cette voiture électrique dans le pays scandinave, alors que le constructeur vient tout juste de suspendre ses commandes en Allemagne. « Nous recommandons à nos concessionnaires en Norvège de ne plus signer de contrats sur Ampera-e à l’heure actuelle, mais plutôt de mettre ceux qui le souhaitent sur une liste d’attente » a indiqué un porte-parole de la marque à la presse norvégienne.

Opel Ampera-e 

Un véhicule qui n’est pas prioritaire pour PSA Group

Pour ceux qui ont réservé le véhicule il y a peu, Opel qui au passage appartient désormais au groupe français PSA, annonce tout de même des livraisons courant 2019. Carlos Tavares, son patron, a indiqué à la presse allemande l’un des principaux motifs de cette suspension. Selon lui la voiture aurait engendré des pertes au groupe depuis l'acquisition de la marque auprès de General Motors. « L’Opel Ampera-e est une bonne voiture. Toutefois, elle cause des pertes. Cela serait acceptable si l’Ampera-e rayonnait sur la société et entraînait la vente d’autres véhicules », a-t-il déclaré. Il s’agit en effet d’une cousine de la Chevrolet Bolt EV développée bien avant l’acquisition du constructeur allemand auprès de General Motors, ce qui signifie que PSA n'en détient pas les licences. Par conséquent, le groupe piloté par M. Tavares ne peut pas utiliser la base technique pour développer d'autres modèles.

 

AUTONOMIE : très attendue en Europe, l’Opel Ampera-e embarque une batterie Lithium-Ion d’une capacité de 60 kWh. Une énergie qui offre à cette berline compacte aux allures de monospace une autonomie de 380 km en conditions réelles d’utilisation.