Voitures électriques : une part de marché limitée à 0,9 % en Europe

Publié le 31 janvier 2018 à 09h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

L’an passé, près de 150 000 nouveaux véhicules électriques ont été immatriculés en Europe

L’an passé, près de 150 000 nouveaux véhicules électriques ont été immatriculés en Europe

Avec 149 086 nouveaux modèles immatriculés en 2017, le seuil symbolique des 500 000 véhicules tout électriques a été franchi en Europe. Si la Norvège caracole en tête du classement européen, le Danemark, lui, continue de dégringoler.

 

149 086 nouveaux modèles 100 % électriques ont été immatriculés en Europe en 2017, selon les chiffres récemment publiés par l’AVERE France. Sur l’ensemble de l’année écoulée, cela représente 0,9 % du marché automobile du Vieux Continent, soit 0,3 points de plus par rapport à l’année 2016 (0,6 %), mais toujours en-deçà de la barre des 1 %. Autant en termes de pourcentage qu’en termes de volume de ventes, la Norvège est devenue le premier marché des véhicules électriques en Europe.

La Norvège en tête du classement

Avec 33 791 nouvelles immatriculations, soit une hausse de 35,9 % par rapport à 2016, la pétromonarchie nordique dépasse désormais la France qui, avec ses 30 921 immatriculations en 2017, n’enregistre qu’une augmentation modérée (+ 13,2 %) – comparé à d’autres pays européens. L’Allemagne, par exemple, a doublé son marché des voitures « zéro émission » l’an dernier avec 28 493 exemplaires mises en circulation, soit 0,8 % des ventes.

Aux Pays-Bas, l’électromobilité a pour sa part progressé de 97,5 % et représente désormais 1,73 % des ventes de véhicules neufs (VP). De son côté, le Royaume-Uni enregistre lui aussi une belle progression (+ 30 %) avec un total de 14 681 immatriculations et un taux de pénétration de 0,5 %.

 

Un marché danois qui dégringole

Rompant cette dynamique positive globale, le marché danois a connu un recul sans précédent avec seulement 751 véhicules à très faibles émissions vendus en 2017, soit 45,5 % de moins par rapport à 2016. « L’observation des marchés européens confirme donc que le soutien public est la condition sine qua non au développement de l’électromobilité », affirme l’AVERE France. Pionnier en Europe dans le soutien à l’électromobilité, le Danemark a mis fin aux mesures d’accompagnement destinées à la promotion des véhicules électriques en 2015.

Avec 132 687 immatriculations en 2017, le segment des véhicules particuliers continue à représenter la majeure partie des ventes. Portée par l’arrivée de la nouvelle version ZE 40, la Renault ZOE arrive une nouvelle fois en tête sur le sol européen avec 31 302 immatriculations. Le best-seller de la marque au Losange aura été en tête des ventes au Portugal, en Espagne, Autriche, et en France – qui reste son plus grand marché –, mais également en Allemagne.  

La Nissan LEAF est la seconde voiture électrique la plus vendue d'Europe 

La Nissan LEAF, leader des ventes au Royaume-Uni

Toujours aussi populaire au Royaume-Uni où elle représente 32,6 % des ventes électriques, la Nissan LEAF occupe la seconde place avec 17 293 immatriculations. C’est près de 7 % de moins qu’en 2016, mais le constructeur japonais espère rebondir cette année avec le lancement de la seconde génération offrant une autonomie réelle de 250 km. Clôturant le podium, la BMW i3 progresse de plus de 50 % et enregistre 14 785 immatriculations. La Tesla Model S est restée quant à elle sur le pied du podium, arrivant à la quatrième place européenne avec 14 319 immatriculations.

 

Classement des meilleures ventes 2017

 

Modèle

 Cumul des ventes 2017 en Europe

Renault ZOE

31 302

Nissan LEAF

17 293

BMW i3 (hors prolongateur REx)

14 785

Tesla Model S

14 319

Volkswagen e-Golf

12 663

Tesla Model X

10 396

Nissan e-NV200

4 419

Smart Fortwo ED

4 239

Renault Kangoo Z.E.

4 332

Volkswagen e-up!

2 981

Opel Ampera-e

1 942

Smart Forfour ED

1 423

 

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.