Tesla Model 3 : les chaînes d’assemblage au cœur des inquiétudes

Publié le 04 mai 2017 à 08h00 | La rédaction | 3 minutes

Pour gagner du temps, le constructeur saute la phase de tests de ses chaînes d’assemblage et fait appel à la réalité virtuelle

Pour gagner du temps, le constructeur saute la phase de tests de ses chaînes d’assemblage et fait appel à la réalité virtuelle

Pour accélérer la mise sur le marché de la Model 3 dont la version de série sera présentée en juillet, Tesla veut passer outre la phase de test pour ses chaînes d’assemblage. Un pari risqué qui pourrait nuire aux finances et à l’image du constructeur de véhicules électriques.

 

Décision risquée prise sous la pression

Pour la plupart des constructeurs automobiles, cette étape sert à éprouver l’efficacité des lignes de production des véhicules. Une démarche qu’ils jugent nécessaire de mettre en place notamment pour s’assurer de la fiabilité du processus de fabrication. En excluant de procéder à cette démarche, le fabricant de Palo Alto prend des risques financiers et commerciaux mais aussi en termes d’image. Des risques dont les conséquences sont encore mal connus mais qui peuvent s’avérer au final catastrophiques.

La décision de Tesla de déroger à l’une des normes qualité parmi les plus importantes de l’industrie automobile s’explique notamment par l’appétence aux risques et le goût du défi de son charismatique fondateur et PDG actuel, Elon Musk. En effet, ce dernier a été récemment mis sous la pression d’événements qui risquent fortement de retarder la production de sa berline électrique à large diffusion.

Tesla Model 3 : son lancement menacé par une grève 

Pressions des employés et des actionnaires

En Allemagne d’abord, où les employés de Tesla Advanced Automation Germany, une société rachetée l’année dernière, menacent de faire grève au cas où leurs revendications salariales – que les dirigeants de Tesla considèrent comme inappropriées dans la période actuelle et en décalage avec les objectifs du groupe – n’obtiennent pas satisfaction. Un conflit social qui, s’il prenait de l’ampleur, pourrait repousser de plusieurs mois la sortie de la Model 3. Ensuite, la pression de plus en plus forte exercée par certains investisseurs qui exigent que les promesses de plus-values soient réalisées au plus tôt, alors que Tesla continue toujours de s’endetter sur le marché pour soutenir ses différentes activités.

Tesla : la fronde des actionnaires pour un conseil indépendant 

Réalité virtuelle et simulations sur ordinateur

En cas de déficience de ses chaînes d’assemblage, Tesla pourrait se trouver dans une très mauvaise posture. Car la réparation des chaînes, voire leur remplacement en cas de déficience grave, sera un processus difficile et qui prendra du temps. Sans compter les nouveaux investissements en matériel et en équipements que cela engendrera et qui seront à coup sûr très coûteux. Pour rassurer ses futurs clients et ses actionnaires, Elon Musk a ainsi annoncé que Tesla va employer des « techniques analytiques avancées » afin de minimiser les risques de défaillance. En d’autres termes, le groupe de Palo Alto compte dorénavant utiliser abondamment la réalité virtuelle ainsi que les simulations sur ordinateur pour tenter de fiabiliser son outil de production destiné à la réalisation de la Model 3.