Véhicule électrique et autonome : l’équipementier ZF investit 12 milliards d’euros

Publié le 25 septembre 2018 à 09h00 | La rédaction | 3 minutes

Dès 2020, ZF Friedrichshafen testera via des flottes expérimentales son premier utilitaire électrique à conduite autonome de niveau 4 (sur une échelle de 5)

Dès 2020, ZF Friedrichshafen testera via des flottes expérimentales son premier utilitaire électrique à conduite autonome de niveau 4 (sur une échelle de 5)

ZF Friedrichshafen va consacrer 12 milliards d'euros au cours des cinq prochaines années dans les secteurs de la conduite électrique et autonome. Et dès 2020, l’équipementier allemand mettra sur le marché son premier modèle de véhicule.

ZF, concurrent direct de R. Bosch et de Valeo, compte injecter 12 milliards d’euros au cours des cinq prochaines années dans les technologies de la conduite électrique et autonome. L’entreprise l’a fait savoir dans un communiqué diffusé le 19 septembre dernier dans le cadre du salon IAA de Hanovre. Cela représente un montant de 2,4 milliards d’euros par an consacré à ces deux secteurs.

Des investissements grâce auxquels l’équipementier automobile allemand ambitionne de se transformer en leader mondial sur deux segments de marché d’avenir. Un programme qui devrait commencer à se matérialiser dès 2020, ZF ayant d’ores et déjà indiqué qu’il mettra sur le marché un modèle électrique autonome à cet horizon.

Volkswagen I.D. BUZZ : une version Cargo, en attendant la série

Autonomie de niveau 4

Le futur véhicule de ZF pourra circuler de manière autonome en milieu urbain, reconnaissant les feux tricolores et panneaux de signalisation, restant dans sa voie même dans les rues sans marquage au sol et pouvant doubler les véhicules garés en double-file. Un utilitaire qui va « révolutionner le dernier kilomètre » en permettant de livrer des colis de manière plus sûre, plus propre et plus ponctuelle, selon les mots de l’équipementier.

« Les véhicules de transport sans chauffeur et les fonctions automatisées joueront un rôle important, en particulier dans les zones d’accès restreints comme les terminaux aéroportuaires, les entrepôts d’expédition ou les ports aériens et maritimes », a par ailleurs déclaré Wolf-Henning Scheider, le président de ZF. Ce dernier se dit également convaincu que « dans un avenir proche, nous verrons plus de véhicules autonomes dans ces zones que sur les routes publiques ». « Les avantages en termes de coûts, de sécurité et d’efficacité pour les clients feront la différence », le responsable de prédire.

Ferrailler avec les constructeurs

Avec son utilitaire électrique proposant une autonomie de niveau 4, ZF espère pouvoir batailler contre Volkswagen et Ford, deux constructeurs historiques parmi les plus engagés dans la conception de véhicules autonomes pour professionnels.

Pour rappel, Volkswagen a annoncé lors du Concours d’Élégance de Pebble Beach le retour de son légendaire Combi pour 2022, qui se fera connaître sous son nouveau nom de ID Buzz, et surtout, qui mettra en avant des fonctionnalités de conduite autonome. Quant à Ford, il a prévu un financement de 4 milliards de dollars sur cinq ans pour cette technologie. L’ovale bleu ambitionne de proposer un premier parc de voitures autonomes dès 2021.

Wolf-Henning Scheider a déclaré que des discussions sont déjà en cours avec des entreprises intéressées pour monter des flottes avec le futur véhicule utilitaire autonome du groupe.