Pour sécuriser ses approvisionnements, Toyota investit dans le lithium

Publié le 19 janvier 2018 à 17h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Pour sécuriser l’approvisionnement en lithium de ses batteries pour véhicules électriques, Toyota investit dans la société minière australienne Orocobre

Pour sécuriser l’approvisionnement en lithium de ses batteries pour véhicules électriques, Toyota investit dans la société minière australienne Orocobre

Toyota Tsusho, la division trading du constructeur nippon Toyota, prendra une participation de 15 % dans la société minière australienne Orocobre pour un montant de 282 millions de dollars australiens (224 millions de dollars). Objectif : sécuriser l’approvisionnement en lithium en vue de répondre à la demande croissante de véhicules électriques.

Le groupe Toyota prendra une participation à hauteur de 15 % dans la société minière australienne Orocobre. L’investissement est destiné à assurer un « approvisionnement stable et à long terme en lithium », selon un communiqué publié par Toyota Tsusho, alors que la demande mondiale pour ce métal, qui continue de jouer un rôle crucial dans la fabrication des batteries de véhicules « zéro émission », connaît une forte croissance. Cette opération devrait par ailleurs permettre à Orocobre de doubler la capacité de sa mine d'Olaroz, en Argentine, qui devrait passer de 17 500 tonnes par an à 42 500 tonnes, une production pour laquelle le constructeur nippon pourra disposer des droits de vente exclusifs.

Alliances entre compagnies minières et constructeurs

L’initiative de Toyota fait suite à d’autres investissements similaires dans l’industrie automobile. BYD et Great Wall Motor, deux firmes automobiles chinoises ont ainsi noué récemment des alliances avec des producteurs de métaux. Les allemands Volkswagen et BMW cherchent eux aussi à conclure des accords d’approvisionnement de long terme avec des compagnies minières, sans toutefois aboutir à des résultats concrets jusqu’à présent.

Des liens qui se resserrent donc entre industrie extractive et automobile. Une tendance qui n’est par ailleurs pas prête de s’inverser. En effet, pour la majorité des constructeurs, les véhicules électriques à batterie représentent actuellement la seule véritable alternative à très faibles émissions aux véhicules alimentés uniquement par des moteurs à combustion interne, la technologie des piles à combustible (hydrogène) étant encore considérée comme coûteuse à développer et difficile à mettre en œuvre en pratique.

Usine d'hydroxyde de lithium au Japon

Pour rappel, Toyota entretient déjà une coopération avec Orocobre via une coentreprise qu’elles ont fondée en 2012, coentreprise qui a notamment conduit à la production du lithium d’Olaroz, en 2014. Les deux entreprises envisagent par ailleurs de construire une nouvelle usine d'hydroxyde de lithium à Fukushima, au Japon.

La prise de participation de Toyota dans Orocobre « renforce la relation stratégique entre les deux groupes dans la production de produits chimiques au lithium pour le marché croissant des véhicules électriques », s’est félicité Andrew Barber, responsable des investissements au sein de la compagnie australienne.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.