Tesla Model 3 : note maximale aux crash-tests américains

Publié le 26 septembre 2018 à 05h00 | La rédaction | 2 minutes

Après les Model S et X, la berline familiale Model 3 obtient la note maximale de 5 étoiles aux épreuves de crash-tests organisés par la NHTSA

Après les Model S et X, la berline familiale Model 3 obtient la note maximale de 5 étoiles aux épreuves de crash-tests organisés par la NHTSA

VIDÉOS - À l’instar de ses grands frères Model X et Model S, le troisième véhicule électrique de Tesla vient de passer avec succès les épreuves du crash test. L’agence américaine de sécurité routière NHTSA vient de lui attribuer la note maximale.

En tête des meilleures ventes de modèles à batteries rechargeables aux États-Unis, Tesla récolte une nouvelle récompense pour sa Model 3. Après la berline Model S et le SUV Model X, la petite familiale "zéro émission" a également obtenu la note de sécurité maximale attribuée par la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA). Elle a ainsi reçu la note de cinq étoiles dans toutes les catégories et sous-catégories de cette épreuve.

Ces notes fournissent des informations sur la sécurité des passagers en cas de collision. Elles témoignent aussi une réduction des risques de blessures graves suite à un accident. Selon l’agence, la note maximale de 5 étoiles indique « un risque réduit d’un tiers, voire plus, par rapport à une base de référence de 15 %, sur la base de la moyenne de la flotte de 2008 pour les voitures neuves ».

Fonction Autopilot défaillante ?

Excellents, ces résultats mettent en évidence la qualité de la conception mise en oeuvre par le constructeur californien qui, depuis plusieurs mois, est confronté de nombreuses plaintes concernant une défaillance de son système de conduite semi-autonome baptisé Autopilot. Une technologie accusée d’avoir été à l’origine de plusieurs accidents comme ce fut le cas en avril dernier. Outre-Atlantique, une berline Model S roulait en mode semi-autonome sur une voie publique lorsqu’elle a percuté une voiture de police stationnée sur le bas-côté.

En mai dernier, une femme accusait également l’Autopilot d’avoir provoqué une autre collision. Selon elle, le véhicule a foncé droit dans un camion de pompiers sur une autoroute de la banlieue de Salt Lake City. Les enquêteurs n’ont cependant pas confirmé si le système d’aide à la conduite a été à l’origine de l’accident ou non. La conductrice s’en est sortie presque indemne, avec une blessure légère à la cheville.