MINI Cooper S E : 5 choses à savoir sur la citadine électrique

Publié le 06 mars 2019 à 19h00 | Fabrice SPATH | 4 minutes

Deux ans après la présentation du concept, la déclinaison électrique de la Mini Cooper entrera en production fin 2019. Second modèle « zéro émission » du groupe, la petite britannique héritera de la chaîne de traction de la BMW i3s. Au programme : une puissance de 180 ch et une autonomie réelle de 220 km, le tout à un tarif équivalent à la Cooper S.

 

1. Second modèle électrique de Mini

En 2008, sur le salon automobile de Los Angeles, le constructeur britannique présentait la Mini E. Un prototype électrique produit à seulement 750 exemplaires et testés dans les grandes métropoles de la planète par une poignée de « happy fews » qui, avant tout le monde, a pu bénéficier d’une batterie de 32 kWh installée en lieu et place de la banquette arrière.

Une première étape qui a abouti à l’automne 2013 au lancement de la BMW i3, première voiture « zéro émission » produite par le groupe BMW-Mini. Six ans plus tard, la filiale britannique se lance à son tour dans la mobilité électrique, après avoir lancé en 2017 la version hybride rechargeable du Mini Countryman S E ALL4, coqueluche de l’optimisation fiscale des professionnels (exonération totale de TVS).

 

2. Une chaîne de traction issue de la BMW i3

Esthétiquement, la Mini Cooper S E qui sera assemblée pour l’Europe sur le site historique d’Oxford adopte une calandre avant pleine, des badges « e » spécifiques ainsi qu’un nouveau pare-chocs arrière. Dans l’habitacle, seules l’instrumentation adaptée aux spécificités de l’électrique et la console centrale légèrement redessinée différencient cette version « zéro émission » du reste de la gamme.

Sous le capot, les premières pré-séries testées sur la piste de Maisach (Bavière) adoptent le bloc moteur de la nouvelle BMW i3s qui développe une puissance de 135 kW / 184 ch pour un couple maxi de 270 Nm. Plus lourde et moins aérodynamique, la Mini pèse 250 kg de plus que la citadine à l’hélice et sera donc moins performante, avec un 0 à 100 km/h qui devrait se situer entre 7 et 8 secondes.

BMW i3 et i3S (2019) : 5 choses à savoir sur la citadine électrique 

3. Autonomie de 200 km

Mais contrairement à l’i3 qui bénéficie depuis l’automne 2018 d’une nouvelle batterie Lithium-Ion d’une capacité totale de 42 kWh, la Mini Cooper S E embarque l’accumulateur de la précédente version. À savoir une pile d’une capacité totale de 33 kWh (30 kWh utiles) offrant une autonomie d’environ 220 km en conditions réelles d’utilisation.

Une portée décevante au regard de la surenchère qui a lieu sur le sujet depuis près d’un an. Entre le petit crossover Hyundai Kona Electric qui embarque jusqu’à 64 kWh d’énergie et la nouvelle Peugeot e-208 qui reçoit une batterie de 50 kWh, Mini fait le choix d’une capacité moyenne adaptée aux besoins de ses futurs clients qui réalisent essentiellement des trajets quotidiens inférieurs à 50 km.

Mini Cooper S E électrique  

4. Batterie et recharge

Installé en T dans le tunnel central et sous le plancher du coffre arrière, l’accumulateur voit aussi sa taille être limitée par le volume disponible. Pour son nouveau modèle, le groupe BMW a délaissé son partenaire historique Samsung SDI pour s’approvisionner en cellules auprès du chinois CATL qui a récemment démarré la construction d’une usine dans la région allemande d’Erfurt.

Autre sujet de déception : là où la concurrence rend compatible ses nouveaux modèles électriques avec la charge à haute puissance (100 kW et plus), Mini se contente de reprendre le système embarqué dans la BMW i3. À savoir une prise Combo 2 qui permet de faire le plein en 40 minutes (de 10 à 80 %) sur l’une des 250 stations rapides au standard CCS. Pourtant cofinancé par le groupe BMW, le réseau IONITY ne pourra donc pas être pleinement exploité par la Mini.

Mini Countryman S E ALL4 : le baroudeur chic et hybride à l’essai  

5. Concurrence et tarif

Sur le segment de la citadine premium, la Mini Cooper S E devra partager le marché avec sa cousine BMW i3, plus autonome mais au design plus clivant. Parmi les « roturières », la nouvelle Peugeot e-208 est dotée d’arguments très convaincants parmi lesquels une autonomie WLTP de 340 km, un dispositif de charge à haute puissance (100 kW) et un tarif agressif en LLD. Mais contrairement à la Lionne, la Mini bénéficiera d’ateliers BMW formés depuis 2013 aux enjeux de la mobilité électrique.

Le Hyundai Kona Electric ainsi que la seconde génération de la Renault ZOE constituent les deux autres alternatives à la britannique, les Smart Fortwo et Forfour EQ étant moins bien dotées en batterie et en habitabilité.

Les tarifs devraient être communiqués en juillet prochain, la production démarrer en novembre et les premières livraisons intervenir dans le courant du premier trimestre 2020. En attendant, le constructeur a confié qu’elle sera vendue à un tarif proche de celui de la Cooper S. Soit environ 30 000 euros, bonus de 6 000 euros déduit.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.

Articles complémentaires :

Voiture électrique : notre TOP 5 en France pour 2018-2019

Au Royaume-Uni, la Mini Classic renaît en électrique

Mini Countryman S E ALL4 : plus d’autonomie pour l’hybride rechargeable

MINI : en 2020, la version électrique marquera les 60 ans de la marque

MINI Electric : sa batterie sera assemblée en Allemagne

Mini Electric : les premières images et vidéo du concept avant Francfort