Lexus LS : l’hydrogène et l’hybride rechargeable en projet

Publié le 30 avril 2018 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Le vaisseau amiral de Lexus pourrait accueillir trois motorisations alternatives, dont une version à hydrogène

Le vaisseau amiral de Lexus pourrait accueillir trois motorisations alternatives, dont une version à hydrogène

MODELE A VENIR – Après un restylage intervenu il y a un an, la grande berline premium de Lexus n'a droit qu'à deux motorisations différentes, un V6 essence de 421 ch et un bloc hybride de 354 ch. Mais selon l’ingénieur en chef du constructeur, la LS pourrait adopter dans un avenir proche une chaîne de traction à hydrogène.

 

À l’occasion d’un événement spécial qui s’est tenu en Australie, Toshio Asahi, ingénieur en chef chez Lexus, a dévoilé aux journalistes de GoAuto le futur projet de la marque concernant la grande berline de luxe LS. Selon lui, la filiale haut de gamme du groupe Toyota serait actuellement en train de plancher sur trois groupes motopropulseurs alternatifs : l’hybride rechargeable, le 100 % électrique et l'hydrogène.

Son vaisseau amiral pourrait donc recevoir une chaîne de traction embarquant une pile à combustible. Une technologie déjà bien maitrisée par le groupe Toyota avec la berline Mirai lancée fin 2014. Le système hybride « conventionnel » du véhicule pourrait également être modernisé. « Bien sûr, nous nous demandons comment améliorer le système hybride, y compris en termes de puissance », a déclaré le haut responsable à ce sujet.

Faibles consommation et émissions de CO2

Rappelons que dans sa version thermique, le millésime 2018 de la LS est livrée avec un tout nouveau V6 biturbo, une première pour Lexus. Avec une cylindrée de 3,5 litres, il développe une puissance de 421 ch et 600 Nm de couple, tout étant associé à une nouvelle boîte automatique à 10 rapports. Elle dispose également d’une variante hybride baptisée Lexus LS 500h.

Un modèle qui adopte le même système que le coupé LC 500h. Il bénéficie donc d’une double motorisation combinant un bloc V6 essence de 3,5 l à cycle Atkinson à un bloc électrique pour une puissance totale de 354 ch. Une cavalerie qui permet au vaisseau amiral d’avaler le 0 à 100 km/h en 5,4 secondes pour une vitesse maximale de 250 km/h. Tout en offrant un bas niveau de consommation et d’émissions de CO2.

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.