Batteries solides : le Japon sur la voie d’une autonomie de 800 km

Publié le 23 mai 2018 à 09h00 | La rédaction | 3 minutes

Moins chères à produire et plus sûres, les batteries à l’état solide doivent permettre au Japon de regagner sa place sur le marché mondial

Moins chères à produire et plus sûres, les batteries à l’état solide doivent permettre au Japon de regagner sa place sur le marché mondial

Le gouvernement nippon s'associe à des industriels pour accélérer la recherche sur les batteries à l'état solide. Une initiative qui vise à faire regagner au Japon sa place de leader mondial au cours de la prochaine décennie.
 

Le gouvernement nippon a récemment créé une nouvelle entité consacrée à la recherche, baptisée Libtec (Consortium for Lithium Ion Battery Technology and Evaluation Center). En collaboration avec les principaux fabricants du pays tels que Panasonic, Toyota, Honda et Yuasa, sa principale mission sera d’accélérer les innovations sur les batteries à l'état solide. Des batteries qui devront être moins chères à produire et avoir une portée plus longue par rapport aux batteries Lithium-Ion conventionnelles actuellement utilisées.

Concrètement, l'objectif est de mettre au point de nouveaux accumulateurs offrant une autonomie de 550 km d'ici à 2025 et de 800 km d'ici à 2030. Selon le journal Nikkei Asian News, l’exécutif japonais serait prêt à mettre sur la table 1,6 milliard de yen (soit 14 millions de dollars) pour la réalisation du projet.

 

Regagner sa place de leader mondial

En 2013, les fabricants japonais de batteries représentaient 70 % du marché mondial. Aujourd'hui, ce pourcentage est tombé à 41 %. La Chine, qui ne détenait que 3 % du marché il y a 5 ans, possède maintenant une part de 26 %. Les compagnies de batteries coréennes quant à elles continuent leur ascension fulgurante en investissant non seulement en Asie mais aussi sur le continent européen. Une concurrence qui est donc devenue plus rude pour les sociétés nipponnes, et qui inquiète au plus haut sommet de l’Etat, et ce malgré les discours qui vantent les mérites de la technologie des piles à combustible et promeuvent leur développement comme priorité nationale.

Toyota est considéré comme le leader de la recherche japonaise sur les batteries à l'état solide à l'heure actuelle. L'initiative Libtec vise notamment à tirer parti de cette expertise et la combiner avec les connaissances des autres partenaires du projet afin d’établir de nouveaux standards que le Japon espère imposer dans toute l’industrie. L’objectif de la stratégie est clair : regagner la place de leader mondial au cours de la prochaine décennie.

 

SIMPLICITE ARCHITECTURALE : en théorie, les batteries à l'état solide coûtent moins cher à fabriquer tout en présentant un risque d'incendie moins élevé par rapport aux batteries classiques. En principe, elles ne nécessitent pas non plus la fabrication de structures complexes de gestion de la température ou de protection contre les collisions. Cette plus grande simplicité d’un point de vue architectural devrait contribuer à alléger les voitures électriques de demain, ce qui se traduirait par une plus grande autonomie.