Batteries : Daimler choisit le chinois CATL et impose un approvisionnement éthique

Publié le 22 mai 2018 à 09h00 | La rédaction | 3 minutes

Le groupe Daimler a choisi le chinois CATL pour la fourniture de batteries pour ses futurs modèles électriques

Le groupe Daimler a choisi le chinois CATL pour la fourniture de batteries pour ses futurs modèles électriques

L’Allemand Daimler vient de passer une importante commande de cellules de batteries de voitures électriques à la société chinoise Contemporary Amperex Technology (CATL). Une décision qui se veut éthique, mais qui n’en souligne pas moins la grande dépendance des constructeurs européens vis-à-vis des fournisseurs du continent asiatique.

 

Daimler a attribué à la firme chinoise Contemporary Amperex Technology (CATL) un contrat pour la fourniture de cellules de batteries de véhicules électriques, selon la responsable des achats du constructeur automobile allemand, Sabine Angermann. S'exprimant récemment lors d'une conférence de presse à Stuttgart, dans le sud de l’Allemagne, celle-ci s’est toutefois refusée à révéler le volume du contrat d’approvisionnement, mais a néanmoins indiqué qu’il s’agissait d’une « commande à grande échelle ». Les cellules seront destinées principalement aux batteries des modèles de la série EQ, la gamme électrique de Daimler, dont la production doit démarrer à partir de fin 2019.

Approvisionnement éthique

La plupart des métaux qui entrent dans la fabrication des batteries de véhicules « zéro émission » se trouvent dans des pays en développement souvent décrits comme peu scrupuleux en matière de respect des droits de l’Homme, en particulier ceux des enfants, qui y sont couramment employés dans les mines. Une situation humanitaire déplorable qui a incité les responsables de Daimler à publier une charte éthique d’approvisionnement en matières premières, charte édictant un ensemble de principes et de normes stricts que les Chinois de CATL ont accepté de suivre. Mme Angermann d’expliquer que c’est une telle acceptation qui a en partie motivé le choix de CATL comme fournisseur.

Cette importante commande de Daimler, qui se veut donc éthique, n’en montre pas moins la dépendance des constructeurs du Vieux Continent envers les fournisseurs asiatiques, chinois et sud-coréens notamment, dont la position est devenue quasi-hégémonique sur certains marchés. Pour rappel, Volkswagen et BMW se fournissent eux-aussi en cellules de batteries chez CATL. Sans oublier le français PSA Group. A noter toutefois que le géant de Wolfsburg a indiqué récemment qu’il envisageait sérieusement de fabriquer ses cellules en interne, après avoir longtemps soutenu que cette activité ne faisait pas partie de son cœur de métier. Mais sans fournir un calendrier précis.

Des substituts au lithium et au cobalt

Lors de sa conférence de presse, Mme Angermann a par ailleurs déclaré que son groupe travaillait d’arrache-pied pour mettre au point des substituts au lithium et au cobalt, qui demeurent les principaux ingrédients pour la fabrication des batteries. Des substituts qui ne devraient arriver sur le marché qu’après 2025, a cependant ajouté la responsable. En attendant, les industriels d’Asie continuent de renforcer imperturbablement leur domination dans le secteur.