Après sa Design-1, Jannarelly s’intéresse à une sportive électrique

Publié le 23 janvier 2018 à 11h00 | La rédaction | 2 minutes

Basé à Dubaï, le constructeur Jannarelly fondé par deux Français s’intéresse au développement d’une petite sportive électrique

Basé à Dubaï, le constructeur Jannarelly fondé par deux Français s’intéresse au développement d’une petite sportive électrique

Commercialisant depuis fin 2016 aux États-Unis la Jannarelly Design-1, la start-up Jannarelly Automotive est aujourd’hui prête à franchir une nouvelle étape. Basée à Dubaï, la marque dévoile en images une déclinaison électrique de sa Design-1, baptisé Design-X1.

 

Basé à Dubaï, Jannarelly Automotive est un jeune constructeur fondé par le designer français Anthony Jannarelly, et son compatriote Frederic Juillot, un passionné d’automobile et expert en matériaux et composites. La petite entreprise a sorti fin 2016 son premier modèle qui porte le nom de Design-1. Il s'agit d’un véritable concentré d’émotions avec ses superbes lignes et son rapport poids/puissance de supercar. Une barquette néo-rétro de 800 kg animée par un V6 atmosphérique d’origine Nissan de 304 ch. Ce qui lui permet de réaliser le 0 à 100 km/h en 4 secondes et d’atteindre une vitesse de pointe de 220 km/h. Vendu à un prix de 76 900 euros, chaque Janarelly Design-1 est construite en petite série s’élevant au maximum à 200 unités par an pour un nombre total de 999 unités.

 

De l’électrique et des images de synthèse

Aujourd’hui, Jannarelly est prêt à franchir une nouvelle étape dans sa production et souhaite faire évoluer son projet. Compte-tenu de la tendance actuelle concernant l’électrification, l’hypothèse d’une version 100 % électrique de son modèle sportif ne saurait être ignorée. Le constructeur a d’ailleurs présenté un concept électrique dérivé du Design-1 qu’il a baptisé Design-X1. Un concept qui n’est pour l’heure qu’une image de synthèse : avant d’aller plus loin, Jannarelly veut connaître le point de vue des internautes. 

Ceux-ci sont donc invités à donner leur avis sur internet en cliquant sur "Love it" ou "Hate it" sur le site du constructeur. Il est toutefois possible de détailler sa réponse en indiquant par exemple qu'on apprécie le dessin, mais qu’on n'est pas enthousiasmé par l'idée d'une motorisation électrique. Esthétiquement, la Design-X1 reprend les grandes lignes de son homologue thermique. Elle perd toutefois une place et gagne une sorte d'aileron de requin à l'arrière.

Galerie de photos