Voiture électrique : la Chine s’ouvre aux constructeurs étrangers

Publié le 05 juin 2018 à 09h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Dès cette année, les constructeurs étrangers seront dispensés de l'obligation de créer une joint-venture pour pouvoir produire des véhicules électriques et hybrides en Chine

Dès cette année, les constructeurs étrangers seront dispensés de l'obligation de créer une joint-venture pour pouvoir produire des véhicules électriques et hybrides en Chine

Dès 2018, les constructeurs de voitures électriques et hybrides seront dispensés de l'obligation de créer une joint-venture pour pouvoir produire en Chine. Les restrictions pesant sur la fabrication de véhicules thermiques seront supprimées d’ici à cinq ans.

 

La Chine a récemment annoncé la levée – à partir de cette année – des restrictions empêchant les constructeurs automobiles étrangers de contrôler leur filiale locale : un assouplissement réclamé depuis longtemps par ses partenaires, Europe et États-Unis en tête. Jusqu’ici, toute multinationale désirant produire en Chine devait obligatoirement créer une co-entreprise avec un fabricant chinois.

Une règle assortie d’une contrainte supplémentaire importante : celle de ne pas pouvoir détenir plus de la moitié des capitaux de la joint-venture ainsi établie. Une situation qui semble avoir particulièrement profité à toute l’industrie chinoise, et pas seulement automobile, qui a pu ainsi facilement accéder à des technologies nouvelles et rattraper son retard dans de nombreux domaines.

 

L’ensemble des restrictions supprimées d’ici à cinq ans

Ce sont les fabricants de véhicules électriques et hybrides qui seront les premiers à être dispensés de l'obligation de créer une co-entreprise. La fin des restrictions réglementaires s’appliquera pour les véhicules commerciaux en 2020 ; et, d'ici à 2022, pour l’ensemble des voitures de tourisme. « Après cinq années de transition, toutes les restrictions auront été supprimées », déclare la NDRC, l'agence de planification chinoise. A partir de 2022, les investisseurs étrangers pourront également s'engager dans plus de deux co-entreprises dans le secteur automobile, note-t-elle par ailleurs.

Réagissant à la nouvelle, le groupe Volkswagen, qui a fait de l’Empire du Milieu l’un de ses principaux marchés, a dit accueillir favorablement « toute ouverture et libéralisation du marché chinois ». « Nous allons analyser avec attention si ces changements ouvrent de nouvelles options pour le groupe Volkswagen et ses marques », a indiqué l’un de ses porte-parole à l’AFP. Daimler, la maison-mère de Mercedes, a quant à lui déclaré « suivre de près les évolutions des régulations », tout en affirmant être « satisfait » des coopérations existantes.

 

Aubaine pour Tesla

Pour Li Yanwei, analyste au sein de la Fédération chinoise des concessionnaires automobiles, les futures réglementations « ne changeront pas grand-chose ». Tous les constructeurs historiques, dont la majorité de la production est essentiellement constituée de véhicules à moteur thermique ont déjà des co-entreprises dans le pays, avec lesquelles ils produisent déjà des volumes considérables, explique l’expert. Des co-entreprises pour lesquelles il serait donc absurde de mettre un terme.  

En revanche, elles auront « des conséquences immédiates » pour les constructeurs spécialisés dans les véhicules électriques, selon l’analyste. « La Chine est le plus grand marché mondial des voitures électriques, donc elle a un fort pouvoir d'attraction pour tout fabricant automobile », dit-il. Et d’ajouter : « La demande de véhicules électriques est très faible dans les autres pays. » Une aubaine pour Tesla qui a annoncé dans la foulée créer une entreprise d’import/export à Shanghai et qui se refusait à produire localement avec un partenaire chinois.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.