Volvo : la moitié de ses ventes en électrique à l’horizon 2025

Publié le 25 avril 2018 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

A l’horizon 2025, le constructeur suédois ambitionne d’écouler la moitié de sa production avec des modèles 100 % électriques

A l’horizon 2025, le constructeur suédois ambitionne d’écouler la moitié de sa production avec des modèles 100 % électriques

Le constructeur suédois poursuit ses annonces dans le domaine des véhicules électrifiés. A l’ouverture du salon de Pékin, Volvo a ainsi dévoilé son objectif de voir les véhicules 100 % électriques représenter la moitié de ses ventes dans le monde à l’horizon 2025.


En 2016, Volvo affirmait pouvoir écouler 1 million de véhicules électrifiés en 2025. Un an plus tard, ses dirigeants se targuaient que les motorisations thermiques pures disparaitraient des nouveaux modèles à compter de 2019. Aujourd’hui, la firme de Göteborg précise à l’ouverture du salon de Pékin que les modèles 100 % électriques représenteront la moitié de ses ventes mondiales en 2025.

 

7 millions de véhicules en Chine

Une croissance de ses ventes « zéro émission » rendue possible grâce aux quotas de ventes qui seront mis en œuvre dès l’an prochain par la Chine, premier marché mondiale pour les véhicules à « énergies nouvelles ». D’ici 7 ans, le gouvernement central table sur 7 millions de véhicules à très faibles émissions polluantes mis en circulation dans tout le pays. Des prévisions qui encouragent le suédois, propriété du chinois Geely, de poursuivre ses investissements dans le domaine.

 

Volvo XC40 T5 à Pékin

Volvo produit déjà trois modèles à motorisation alternative en Chine : le vaisseau amiral S90 et sa déclinaison allongée L ainsi que le XC60, tous trois équipés de la chaîne de traction hybride rechargeable T8. Dévoilée en première mondiale au China Auto Show, le crossover XC40 T5 également à motorisation hybride rechargeable rejoindra le contingent de véhicules à faibles émissions assemblés sur les sites de Luqiao, Chengdu et Daqing.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.