Toxicity Charge : après le péage urbain, Londres instaure une nouvelle taxe

Publié le 30 octobre 2017 à 07h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Pour accéder au centre-ville de la capitale britannique, les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 2006 doivent désormais s’acquitter d’une taxe journalière de 11,2 euros

Pour accéder au centre-ville de la capitale britannique, les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 2006 doivent désormais s’acquitter d’une taxe journalière de 11,2 euros

Pour être autorisés à circuler dans le centre-ville de Londres, les conducteurs de véhicules immatriculés avant 2006 doivent désormais s'acquitter d'une nouvelle taxe d’un montant de 10 livres sterling (environ 11,20 euros) par jour.

 

Toxicity Charge et Congestion Charge

Toxicity Charge. C'est le nom de la nouvelle taxe sur les véhicules polluants qui vient récemment d'entrer en vigueur à Londres. Promesse de campagne de l’actuel maire de la capitale britannique, Sadiq Khan, cette nouvelle imposition s'élèvera à 10 livres sterling par jour, soit 11,20 euros, et va s’ajouter à une autre, la « Congestion Charge » (péage urbain), en vigueur depuis 2003 et d’un montant de 11,5 livres sterling, soit 12,9 euros. Au total, les propriétaires de véhicules mis en circulation avant 2006 et qui ne respectent pas au moins la norme « Euro 4 », qui définit la limite autorisée en matière d’émissions polluantes, devront donc débourser 21,5 livres sterling, soit 24,10 euros par jour pour circuler dans le centre-ville de Londres.

« En moyenne, chaque année, plus de 9 000 Londoniens meurent prématurément en raison de la mauvaise qualité de l’air – les poumons des enfants nés dans notre ville sont sous-développés, les adultes souffrent d’affections comme l’asthme, la démence ou des attaques cérébrales directement provoquées par la mauvaise qualité de l’air », a déclaré Sadiq Kahn sur la BBC-Radio, pour justifier l’instauration de la nouvelle taxe. « Il est temps de se battre pour éliminer l'air toxique que nous sommes obligés de respirer », a-t-il martelé (lire aussi Pollution : Paris met les constructeurs face à leurs responsabilités).

Londres taxe circulation 

Les petites entreprises partagées sur la mesure

Dans les faits, cette décision s'inscrit dans un plan global destiné à réduire la pollution qui sévit à Londres, qui continue à être l’une des villes les plus polluées d'Europe. La « Toxicity Charge » n’est en effet que la première des mesures envisagées pour diminuer le taux de pollution atmosphérique de la ville. Ainsi, dès 2020, voire plus tôt, elle devrait être remplacée par une taxe encore plus sévère – et d’un montant plus élevé – qui frappera les véhicules diesel immatriculés avant septembre 2015, ainsi que les véhicules à essence immatriculés avant 2006, et qui, par ailleurs, ne sera plus limitée aux seules voitures qui circulent dans le centre-ville.

Si les organisations de défense de l’environnement ont bien accueilli la « Toxicity Charge », du côté des chefs de petites et moyennes entreprises, la grogne commence à monter. Leur fédération a ainsi déclaré que cette taxe vise les petites sociétés déjà confrontées aux coûts exorbitants des loyers, de la logistique et des salaires à Londres. Selon ces dirigeants de PME, elle pourrait être le coup de grâce qui les obligera à fermer boutique. Ou à repenser intégralement leur logistique et l’accès à leurs locaux par les salariés.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.