ÉTUDE - Voiture électrique : plus économique que l’essence ou le diesel

Publié le 10 octobre 2018 à 13h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Grâce aux aides à l’achat, à un coût d’entretien et carburant réduit, le coût total de possession d’un véhicule électrique est inférieur de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros face à son équivalent essence ou diesel

Grâce aux aides à l’achat, à un coût d’entretien et carburant réduit, le coût total de possession d’un véhicule électrique est inférieur de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros face à son équivalent essence ou diesel

Grâce aux aides à l’achat, à un coût d’entretien réduit mais aussi à un budget carburant près de 10 fois inférieur, le coût total de possession d’un véhicule électrique est inférieur de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros face à son équivalent essence ou diesel. Un constat issu d’une étude comparative que l’association UFC - Que Choisir vient de révéler.

 

Après les premières études réalisées par de grands cabinets qui concluent toutes à la compétitivité de l’électrique par rapport aux modèles à motorisations conventionnelles d’ici 2025 - sans faire appel aux subventions -, c’est désormais au tour de l’association UFC - Que choisir de démontrer que la voiture électrique est bien plus économique en France que son équivalent alimenté en sans-plomb ou en gasoil.

 

Budget énergie : 188 euros / an

Selon les données publiées par l’association de consommateurs issues l’étude auprès du cabinet Elementary Energy, le coût total de possession (CTP) ou total cost of ownership (TCO) pour l’achat, l’utilisation et l’entretien d’une BMW i3, Kia Soul EV, Hyundai IONIQ, Nissan LEAF, Renault ZOE ou Volkswagen e-Golf est moins élevé qu’un modèle essence ou diesel.

Etude : même sans subvention, le véhicule électrique sera bientôt rentable

En analysant différents postes de dépenses parmi lesquels la dépréciation du véhicule, l’assurance, l’entretien, la fiscalité ou encore la consommation, il s’agit d’un modèle « zéro émission » coûte moins cher à son propriétaire sur une durée de 4 ans incluant 15 000 km par an. Selon l’UFC, « les véhicules électriques bénéficient [par ailleurs] d’un budget énergie de 188 euros par an. Bien inférieur, donc, à celui d’un véhicule diesel (1 181 euros/an) ou essence (1 461 euros/an). »
 

 

Volkswagen e-up!

Suzuki Swift (essence)

Renault ZOE

Renault Clio (essence)

Nissan LEAF

Peugeot 3008 (diesel)

Coût annuel *

2 942 euros

4 288 euros

4 065 euros

4 760 euros

4 070 euros

6 749 euros

Écart

- 1 346 euros

 

- 695 euros

 

- 2 679 euros

 

* Coût annuel pour 15 000 km par an sur 4 ans (source : UFC - Que Choisir)


Aides à l’achat et entretien

Un premier avantage qui est renforcé par un coût d’entretien réduit à la portion congrue - en raison de l’absence d’embrayage, d’huile et, plus généralement, de pièces mécaniques en mouvement - ainsi que par une généreuse aide à l’achat. Comptez 6 000 euros pour l’achat d’un modèle neuf et même 2 500 euros supplémentaires lors d’une mise à la casse d’un vieux diesel (avant 2001) ou essence (avant 1997).

Voiture électrique : des villes ou des champs ?

L’étude révèle une autre donnée très intéressante qui tord le cou aux idées reçues : plus la voiture électrique parcourt de kilomètres, plus elle est compétitive. Selon l’UFC, une Renault ZOE qui parcourt 15 000 km par an coûte 5 % de moins à son propriétaire qu’une Renault Clio à motorisation diesel. Un argument qui souligne la pertinence de l’électrique dans les zones rurales, surtout depuis l’arrivée de batteries de grande capacité offrant une autonomie réelle supérieure à 250 km environ.
 

Un marché en devenir

Et si le marché ne représente que 1,2 % des nouvelles immatriculations en France depuis le début de l’année (source CCFA), la compétitivité des modèles associée au durcissement de la fiscalité automobile, aux restrictions de circulation grandissante et à une offre élargie en concessions devraient doper les ventes dans les prochaines années. A condition de sanctuariser le bonus « écologique » et de fiabiliser l’infrastructure de charge rapide.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.