Camion à hydrogène : Toyota vise la viabilité commerciale

Publié le 29 août 2018 à 13h00 | La rédaction | 3 minutes

En Californie, Toyota s’apprête à tester la version améliorée de son camion à hydrogène baptisé Project Portal

En Californie, Toyota s’apprête à tester la version améliorée de son camion à hydrogène baptisé Project Portal

Toyota vient de dévoiler la deuxième version de son prototype de semi-remorque à hydrogène classe 8. Une évolution qui semble s'approcher davantage d'une version commercialisable avec notamment une plus grande autonomie.


Il n'y a pas qu'avec la berline Mirai que Toyota s'intéresse à la pile à combustible comme alternative aux batteries pour les voitures électriques. En effet, le groupe teste cette technologie également sur un camion semi-remorque depuis l'année dernière. Un poids-lourd actuellement utilisé en conditions réelles pour le transport de conteneurs dans les ports de Los Angeles et de Long Beach, en Californie. Le troisième constructeur mondial, dont l’une des grandes ambitions est de démocratiser les véhicules dopés à l’hydrogène, a récemment annoncé vouloir prolonger l'expérience avec une nouvelle version de ce camion.

Avant-goût du camion à hydrogène de série

Baptisée Project Portal 2.0, cette dernière offre une autonomie élargie allant jusqu’à 300 miles, soit environ 500 km, en comparaison du modèle précédent qui était limité à 300 km. De plus, avec l’ajout d’une cabine à couchette – ajout qui n’a pas nécessité l’allongement de l’empattement du véhicule grâce un réservoir d’hydrogène devenu plus compact –, elle vise aussi plus confort tout en conservant sa maniabilité.

En revanche, on retrouve le même groupe propulseur que sur le Project Portal 1, avec les mêmes moteurs électriques qui développent 500 kW (670 ch) pour 1 796 Nm de couple. La technologie hydrogène et la batterie tampon d’une capacité de 12 kWh n’ont pas fait non plus l’objet de modification.

Avec son autonomie prolongée, la Project Portal 2.0 semble plus près d’une version de série. Ce que confirme Craig Scott, directeur en charge des technologies électrifiées de Toyota pour l’Amérique du Nord : « Avec le premier camion, l’objectif était de valider la faisabilité, ce que nous avons fait. Cette fois, nous visons la viabilité commerciale », dit-il. Pour rappel, la Project Portal 1 a été mise en service en avril 2017 et a depuis parcouru une distance d’environ 16 000 km.

Manque de stations hydrogène, principal frein à l’achat

Si Toyota passe le cap de la commercialisation, la Project Portal 2.0 rencontrera sur sa route le Semi de Teslaou encore le Nikola One du constructeur éponyme. S'il aura la capacité de « faire le plein » beaucoup plus rapidement que son concurrent électrique à batterie, le manque de stations hydrogène devrait encore freiner les clients intéressés par un tel produit. En attendant, le Project Portal 2.0, également baptisé Beta, va donc partir lui aussi à Los Angeles, pour y être éprouvé aux côtés de son prédécesseur.