Nissan LEAF : le prix d’une batterie reconditionnée coûte 2 300 euros

Publié le 29 mars 2018 à 07h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

A 5 km de la centrale de Fukushima, Nissan a ouvert son premier centre de recyclage des batteries

A 5 km de la centrale de Fukushima, Nissan a ouvert son premier centre de recyclage des batteries

Co-entreprise créée par Nissan et Sumitomo, 4R Energy vient d’inaugurer la première usine japonaise de reconditionnement des batteries lithium-ion issues de véhicules électriques dans la préfecture de Fukushima.

 

4R Energy Corporation, la joint-venture de Nissan et de Sumitomo Corporation, vient d’inaugurer la première usine japonaise spécialisée dans la réutilisation et le recyclage des batteries lithium-ion issues des véhicules électriques. Une ouverture qui profitera en premier aux propriétaires nippons de la première génération de Nissan LEAF. Dès le mois de mai prochain, ces derniers pourront en effet échanger les vieilles batteries de leurs voitures contre des batteries « reconditionnées », qui seront proposées à un tarif de 300 000 yens (environ 2 295 euros), soit moins de la moitié du prix d'un nouveau pack.

« En réutilisant les batteries usagées des modèles électriques, nous voulions augmenter la valeur [résiduelle] de ces derniers et les rendre plus accessibles », a déclaré Eiji Makino, PDG de 4R, dont l'usine de recyclage a été installée dans la préfecture de Fukushima, à Namie, ville qui se trouve à environ 5 kilomètres au nord du site de la catastrophe nucléaire.

 

La totalité des modules analysée en 4 heures

Ce nouveau programme d’échange de batteries a été rendu possible grâce notamment à une percée technique réalisée il y a peu par Sumitomo. Celui-ci a en effet trouvé un moyen d'analyser la totalité des modules contenus dans chaque bloc de batteries en quatre heures seulement. Un gain de temps considérable comparé aux 16 jours que les ingénieurs de Nissan mettaient auparavant pour des mesures similaires. A noter que ce sont uniquement les modules d'une capacité supérieure à 80 % qui vont être utilisés dans les batteries de remplacement. Les autres seront réassemblés et vendus pour des applications à faible consommation énergétique, telles que des lampadaires ou des voiturettes de golf.

 

La seconde vie des batteries, une « très bonne » option

La disponibilité des batteries lithium-ion usagées devrait par ailleurs considérablement augmenter dans un proche avenir, les acheteurs des premières générations de véhicules électriques cherchant à remplacer leurs anciens modèles. « La deuxième utilisation est potentiellement une très bonne option », explique Jeff Spangenberger, chercheur en systèmes énergétiques au Laboratoire national Argonne, aux Etats-Unis. Batteries de remplacement pour les véhicules d’occasion, solutions de stockage d’énergie pour les particuliers et les entreprises, … A l’issue de 15 à 20 ans, elles devront toutefois être totalement recyclées.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.