Lampadaire solaire : Nissan recycle les batteries usagées de sa LEAF

Publié le 28 mars 2018 à 09h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Même en cas de coupure d’électricité, les lampadaires solaires alimentés par des batteries issues de la berline électrique Nissan LEAF continuent de fonctionner

Même en cas de coupure d’électricité, les lampadaires solaires alimentés par des batteries issues de la berline électrique Nissan LEAF continuent de fonctionner

Après avoir développé des systèmes de stockage domestique et industriel, Nissan vient de dévoiler un lampadaire solaire fonctionnant à l’aide de batteries usagées. Ce nouveau dispositif vise à terme à permettre aux villes touchées par des catastrophes naturelles de continuer à bénéficier d’un système d’éclairage performant.

 

Si les voitures électriques présentent de nombreux atouts, la question du recyclage de leurs batteries reste encore une vaste source d’interrogations. Pour pallier en partie ce problème, Nissan vient de dévoiler un lampadaire alimenté par d’anciennes batteries, en l’occurrence celles ayant appartenu à des berlines compactes LEAF. Plus précisément, le lampadaire réutilise des cellules usagées extraites de ces batteries, tandis qu’un panneau solaire permet de recharger le tout, sans plus passer ainsi par le réseau traditionnel de distribution d’électricité. Pour l’heure, l’industriel nippon n’a fourni aucune information sur la durée du chargement ou l’autonomie de son nouveau dispositif.

 

Aider les villes touchées par les catastrophes

C’est au Japon, dans la cité de Namie, située à moins de dix kilomètres seulement de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, que Nissan compte installer son premier réseau de lampadaires solaires. A terme, ce projet nommé « The Reborn Light » vise à permettre aux villes touchées par des catastrophes naturelles de bénéficier d’un éclairage suffisant, même en cas de coupure d’électricité. Des lampadaires similaires devraient donc par la suite être déployés à travers le monde.

« Aujourd'hui encore, 17 % de la population mondiale vit sans électricité. Les batteries et l'éclairage issus de véhicules électriques ont le potentiel de changer la vie des gens au Japon et dans le monde. Même lorsque les batteries ne servent plus à alimenter les voitures, elles peuvent renaître pour continuer à servir les humains », explique l'entreprise japonaise.

 

Multiplication des projets de recyclage

Nissan a également d'autres idées pour ses batteries. Notamment le programme xStorage (lire notre article), semblable au Powerwall de Tesla, permettant d'emmagasiner de l'énergie au sein d'une maison via des panneaux solaires. Une idée reprise et développée également par Renault qui a lancé l’an passé un système de stockage d’électricité domestique à partir de cellules de batteries usagées de ZOE. Il y a tout juste un an, l’énergéticien suédois Vattenfall avait aussi noué un partenariat avec BMW en achetant 1 000 batteries issues de la citadine électrique i3 afin de construire deux centres de stockage d’énergie stationnaires, l’un aux Pays-Bas et l’autre au Pays de Galles, avec des capacités respectives de 3,2 et 22 mégawatts (MW).

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.