Audi e-tron : les rétroviseurs extérieurs remplacés par des caméras

Publié le 11 juin 2018 à 13h00 | La rédaction | 2 minutes

Pour améliorer l’aérodynamisme de son SUV électrique, Audi a remplacé les traditionnels rétroviseurs extérieurs par des caméras

Pour améliorer l’aérodynamisme de son SUV électrique, Audi a remplacé les traditionnels rétroviseurs extérieurs par des caméras

INNOVATION – A quelques semaines de la présentation officielle de son Audi e-Tron, le constructeur allemand continue la campagne de teasing de son premier SUV électrique. Un modèle qui, pour la première fois dans l’industrie automobile, remplacera les rétroviseurs latéraux traditionnels par des caméras, et ce en série.

Dévoilé dans sa version de série le 30 août prochain pour une commercialisation courant 2019, un énième prototype de l’Audi e-tron, premier SUV 100 % électrique du constructeur, vient d’être présenté à la presse dans une déclinaison très aérodynamique et particulièrement sophistiqué. Un modèle dépourvu de rétroviseurs extérieurs classiques, remplacés par deux petites caméras.

Des caméras qui filmeront l'environnement du véhicule et restitueront les images capturées sur des écrans OLED situés entre le tableau de bord et la porte. Trois vues seront également proposées sur l’interface multimédia pour la conduite sur autoroute, en virage et pour le stationnement. Ce qui, selon la marque, permet de réduire la largeur du véhicule de 15 cm tout en diminuant le bruit de frottement lié au vent.

Audi e-tron caméras extérieures

Un très faible indice de trainée

Ces dispositifs permettront donc de réduire la trainée et s’intègrent à une vaste série de mesures censées optimiser l’aérodynamisme de la voiture. La firme allemande explique ainsi que son SUV affichera un Cx de seulement 0,28, l'un des meilleurs dans la catégorie. « Un centième du coefficient de trainée représente environ 5 km d'autonomie supplémentaires dans des conditions de conduite normale », indique-t-on chez Audi.

Le constructeur d’Ingolstadt affirme également avoir réalisé plus de 1 000 heures de tests en soufflerie, capable de simuler des vitesses allant jusqu’à 300 km/h. Il a aussi travaillé sur son système de suspensions adaptatives qui abaisse automatiquement le véhicule jusqu’à 26 millimètres pour réduire la traînée à des vitesses supérieures à 120 km/h.

Galerie de photos