Opel et le CO2 : Peugeot Citroën a-t-il été trompé par General Motors ?

Publié le 30 novembre 2017 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Selon le patron du groupe automobile français, Opel va droit dans le mur sur le plan des normes d’émissions de CO2

Selon le patron du groupe automobile français, Opel va droit dans le mur sur le plan des normes d’émissions de CO2

Opel, ancienne filiale allemande de General Motors, n’est pas en mesure de respecter les futures normes d’émissions CO2 imposées par la Commission européenne. Une réalité très amère pour sa nouvelle maison-mère, PSA Group, qui, selon Reuters, envisage maintenant d’engager une procédure judiciaire pour obtenir compensation auprès du géant de Detroit.  

PSA Group volontairement floué par General Motors ?

Selon Reuters, PSA Group envisagerait de réclamer au constructeur américain General Motors (GM) le remboursement de la moitié environ du montant qu’il a acquitté pour le rachat d’Opel, une somme qui avoisine 500 millions d’euros, après avoir découvert l'ampleur réelle des dépassements d'émissions de CO2 au sein de celui-ci.

« Quand nous avons acheté Opel à General Motors, on ne nous a pas montré la face cachée de la lune », a déclaré Carlos Tavares, président du directoire de PSA. Opel, selon lui, ne dispose d’« aucun plan pour respecter les exigences européennes en matière d'émissions de CO2. » Très remonté, le patron du groupe hexagonal affirme que le constructeur allemand est en train d’aller « dans le mur sur le plan des émissions de CO2 ».

Opel hybride rechargeable

Entre 600 et 800 millions d’euros d’amende

Pour PSA, le préjudice causé par l’ancienne filiale de General Motors pourrait lui coûter entre 600 et 800 millions d’euros par an. Les règles prévues par la Commission européenne imposent en effet aux fabricants automobiles de payer une amende de 95 euros par gramme de dioxyde de carbone excédentaire pour chaque voiture vendue.

« Nous n'avons connaissance d'aucune réclamation déposée par PSA », déclare-t-on chez GM, où l'on juge que le groupe français a mené « un processus de ‘due diligence’ robuste incluant ses salariés, et beaucoup d'experts et d'avocats. » « Nous leur avons fourni des informations substantielles » ajoute le groupe américain.

Au mois de mars, lors de la finalisation de la cession d’Opel, Dan Amman, le numéro 2 de GM, avait profité de l’occasion pour dévoiler la raison principale qui a motivé son groupe à se séparer de sa filiale allemande. « Avec le durcissement des normes en Europe, a-t-il dit, il faut beaucoup investir », sous-entendant clairement par ce propos qu’Opel était encore loin d’être en mesure de satisfaire aux futurs objectifs d’émissions du Vieux continent. Avant d’ajouter : « Cela ne colle pas avec notre future plateforme citadine conçue pour les pays émergents ».

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.