Menacé d’extinction, un guépard fait la course avec un véhicule électrique

Publié le 03 décembre 2017 à 07h00 | La rédaction | 3 minutes

Pour lancer sa quatrième saison, les organisateurs du championnat de Formula E ont organisé une course opposant une monoplace électrique et un guépard apprivoisé

Pour lancer sa quatrième saison, les organisateurs du championnat de Formula E ont organisé une course opposant une monoplace électrique et un guépard apprivoisé

En vue de faire la promotion de la nouvelle saison de Formule E, ses organisateurs ont eu l'idée originale d'opposer une monoplace Spark_SRT01E à un véritable guépard sur l'exercice du 0 à 100 km/h. Objectif : lancer la quatrième saison du championnat mais aussi sensibiliser l’opinion publique sur la menace d’extinction qui pèse sur l’un des animaux les plus rapides de la planète.

 

L’animal le plus rapide au monde

Le championnat FIA des monoplaces électriques connaît un véritable engouement d’une part croissante des constructeurs automobiles. Elle attire aujourd’hui de plus en plus de sponsors et d’industriels à l’image de Nissan qui deviendra sans doute en 2019 le premier constructeur nippon en Formule E. La compétition qui, rappelons-le, atteint déjà sa quatrième saison et dont le coup d’envoi a été donné hier à Hong Kong et se poursuivra aujourd’hui dans cette même ville. Les jours précédents le lancement de la série électrique qui allie à la fois performances sportives et respect de l'environnement, ses organisateurs ont eu l’idée originale de faire réaliser en Afrique du Sud une course entre l'un de leurs véhicules électriques et un guépard apprivoisé. Une course opposant un châssis Spark-SRT01E, piloté pour l'occasion par Jean-Éric Vergne, un pilote du Team Teecheetah gagnant de l’E-Prix de Montréal en juillet dernier, et l’animal considéré comme l’un des plus rapides au monde. Voire même le plus rapide puisqu’il est capable d’atteindre une vitesse de pointe de 115 km/h, soit à peu près la moitié de celui atteinte par une monoplace de Formule E.

 

Support pour une campagne de sensibilisation

Mais dans une course d’accélération de 0 à 100 km/h, le guépard est à peu près aussi rapide que la voiture de course électrique. « Nous connaissions les similitudes de performances entre la voiture de Formule E et un guépard, donc nous étions curieux de voir le résultat », a ainsi déclaré Alejandro Agag, fondateur du championnat. « Mais, ce qui est encore plus important est de déterminer le résultat pour l’avenir, non seulement du nôtre, mais de celui du guépard et autres animaux avec qui nous partageons notre planète », a-t-il continué. En effet, le but de cette expérimentation est non seulement de faire la promotion de la nouvelle saison de la Formule E mais aussi et surtout de mettre en évidence l'impact du changement climatique sur le prédateur africain. En effet le guépard figure désormais dans le top dix des espèces animales les plus menacées d'extinction par le réchauffement climatique. Selon le World Wildlife Fund, il n’en reste plus qu’environ 6 700 individus à l’état naturel.