Formula E : triple champion, Renault céderait sa place à Nissan en 2019

Publié le 17 octobre 2017 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Concentré sur la Formule 1, Renault devrait céder sa place en 2019 à son allié Nissan au championnat de Formule E électrique

Concentré sur la Formule 1, Renault devrait céder sa place en 2019 à son allié Nissan au championnat de Formule E électrique

Triple champion du monde des constructeurs en titre, Renault devrait céder sa place à Nissan en Formule E à compter de 2019. Une décision qui doit combler le vide laissé par l’arrêt du programme LMP1 de la marque nipponne en 2015 et qui lui permettra vraisemblablement de devenir le premier constructeur japonais en Formule E.

 

Nissan, numéro un mondial du véhicule électrique

Après avoir discuté plus tôt dans l’année de la meilleure façon de répartir les domaines d’implication de chacun au sein de l’Alliance, la direction aurait donné le feu vert à l’arrivée de Nissan dans la compétition de monoplaces électriques. Selon nos confrères du site Motorsport, Renault devrait se retirer de la compétition électrique dès 2019. Afin de maintenir la présence du groupe automobile en Formule E, la marque au Losange devrait céder la place au constructeur japonais, numéro un mondial du véhicule électrique qui vient tout juste de renouveler son modèle vedette, la berline compacte LEAF. La saison 2017-2018 de Formule E devrait donc être la dernière de Renault alors que l’écurie française vient juste de commencer les essais sur piste de sa nouvelle monoplace, la ZE17.

Formula E 

Une plus grande implication dans la compétition automobile

Ayant déjà prouvé son potentiel en Formule E en remportant à trois reprises le championnat, cette décision devait permettre à Renault de concentrer son investissement en Formule 1. Du côté de la firme de Yokohama, ceci devrait lui permettre de disposer d’une plus grande implication dans le domaine du sport automobile international, surtout après l’arrêt de son programme LMP1 en 2015. Une occasion pour la marque de démontrer ses compétences en matière de voitures électriques et une opportunité de devenir le premier constructeur japonais en Formule E. En effet, jusque-là aucun constructeur nippon n’était représenté en Formule E. Mais selon Alejandro Agag, le PDG de la catégorie, l’une des trois plus grandes marques japonaises à l’image de Nissan, Toyota et Honda ou « peut-être deux, finiront en FE ». Selon Motorsport l’annonce pourrait être officialisée en mars lors du prochain salon de Genève.

 

NISSAN LEAF : présentée début septembre à Tokyo, la seconde génération de la compacte électrique est disponible en France via une édition limitée baptisée 2.ZERO. Une série qui sera rejointe début 2018 par l’ensemble de la gamme équipée d’une batterie de 40 kWh offrant 240 km d’autonomie sur une seule charge (lire notre article à ce sujet).

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.