Amsterdam : voitures diesel et essence interdites en 2025

Publié le 08 février 2016 à 11h08 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Pour accompagner les interdictions, la capitale des Pays-Bas va mettre en place des aides à l’achat en faveur des véhicules électriques et hybrides rechargeables

Pour accompagner les interdictions, la capitale des Pays-Bas va mettre en place des aides à l’achat en faveur des véhicules électriques et hybrides rechargeables

Aux Pays-Bas, la capitale Amsterdam a l’ambition de devenir la première ville européenne « zéro émission » en interdisant l’accès de son centre-ville aux véhicules diesel et essence. Une restriction de circulation qui profitera aux voitures électriques, aux transports en commun et à la mobilité douce.

 

Pollution atmosphérique : enjeu de santé publique

En restreignant l’accès des centres-villes aux véhicules les plus polluants, les métropoles européennes s’emparent du dossier de la qualité de l’air. Enjeu de santé publique, la pollution atmosphérique a d’abord fait l’objet de restrictions plus ou moins efficaces – dont le dispositif de circulation alternée et les péages urbains – et sera renforcé à l’avenir par des interdictions de circulation. Après Paris qui a annoncé à l’automne 2015 une interdiction progressive de son centre-ville aux véhicules diesel, le nouveau conseil municipal d’Oslo (Norvège) a validé la semaine dernière un projet de centre-ville « zéro émission » en 2030. Objectifs : réduire les émissions de dioxydes d’azote (NOx) et de particules fines pour en limiter l’impact sanitaire sur les populations.

Pics de pollution : Oslo bannit les voitures diesel 

Diesel immatriculés avant 2005 : interdits dès 2018

Engagée dans un vaste programme d’électrification de son centre-ville, Amsterdam a présenté vendredi dernier une batterie de mesures destinée à en faire la première ville « zéro émission » en Europe. Baptisé Measure Pack Clean Air for Amsterdam, le projet vise à interdire la circulation à tous les véhicules thermiques (diesel et essence) d’ici à 2025. Dès 2018, les voitures particulières diesel et les bus immatriculés avant 2005 ne pourront plus accéder au centre-ville, de même que les taxis dont la première en circulation est antérieure à 2009. Pour les scooters, la sanction est plus radicale encore : si leur première immatriculation est antérieure à 2011, leurs propriétaires ne pourront plus les utiliser à compter du 1er janvier 2018.

Paris : des subventions pour les utilitaires électriques 

Aides financières et réseau de charge publique

Pour accompagner la mise en œuvre du plan en faveur de la qualité de l’air, la ville d’Amsterdam va renforcer les aides pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride rechargeable. Les compagnies de taxis bénéficieront également de mesures incitatives destinées à convertir leurs flottes à l’électrique. Pionnière dans l’application du droit à la prise permettant à tout nouveau propriétaire de modèle rechargeable de bénéficier d’une prise de charge en bas de son immeuble, la capitale néerlandaise va installer 2 200 bornes de recharge supplémentaires d’ici 2018. A cette date, Amsterdam et sa proche banlieue compteront un réseau constitué de 4 000 bornes de recharge. En complément de ces mesures, des lignes de bus 100 % électriques seront progressivement mises en service.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.