Ile-de-France : sortie programmée du diesel en 2030, de l’essence en 2040

Publié le 08 juin 2018 à 17h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

En phase avec le calendrier de la ville de Paris, la région Ile-de-France souhaite interdire de circulation tous les véhicules diesel en 2030

En phase avec le calendrier de la ville de Paris, la région Ile-de-France souhaite interdire de circulation tous les véhicules diesel en 2030

Dans le cadre de la présentation de son Plan Climat, la région Ile-de-France a détaillé son plan d’interdiction des véhicules diesel et essence. En phase avec le calendrier de Paris, l’exécutif régional souhaite interdire tous les diesel en petite couronne à l’horizon 2025 et sur l’ensemble de son territoire en 2030.


Métropole et région se calent sur le calendrier de la ville de Paris qui a programmé l’interdiction de circulation de tous les véhicules diesel en 2025 puis de tous les modèles thermiques – y compris les essence – cinq ans plus tard. Hier jeudi 7 juin lors de la présentation de la stratégie climat par Valérie Pécresse, présidente (LR) de la région, a annoncé l’objectif de « sortie du diesel en 2025 pour Paris et la zone dense, c’est-à-dire dans un périmètre situé à l’intérieur de l’A86, et en 2030 pour l’ensemble de la région Ile-de-France ».

Bornes de recharge électrique Paris 

Enjeu majeur de santé publique

Après Bruxelles, Oslo, Rome ou encore Milan, la décision de la région a été prise dans le cadre d’une réflexion menée par la Métropole du Grand Paris quant à la création d’une zone à basses émissions (ZBE) d’ici juillet 2019. Mais aussi quelques semaines après que la Commission européenne ait décidé de renvoyer devant la justice la France pour non-respect des normes de concentration de dioxydes d’azote (NOx) dans l’air, un gaz essentiellement issu des moteurs diesel en environnement urbain et responsable selon l’exécutif régional de quelque 5 000 décès prématurés chaque année.

 

Des aides pour les véhicules électriques

Un objectif conditionné selon la région à des « mesures d’accompagnements fortes de l’État », comme des primes à la casse ou des aides à la conversion. « Il est impossible d’imposer ces décisions sauf à prendre en otage les automobilistes, surtout les plus modestes. » Si Paris et la petite couronne devrait interdire à la circulation tous les véhicules thermiques – y compris les essence –, l’ensemble du territoire sera concerné par ces mesures restrictives entre 2030 et 2040. Un territoire qui, à cette date, devra consommer une électricité issue pour moitié des énergies renouvelables.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.