Norvège : recul de la demande intérieure en produits pétroliers

Publié le 29 mai 2018 à 15h00 | Fabrice SPATH | 2 minutes

La croissance du marché des véhicules électriques a participé au recul de la consommation de carburants essence et gasoil en Norvège

La croissance du marché des véhicules électriques a participé au recul de la consommation de carburants essence et gasoil en Norvège

Laboratoire mondial de la voiture électrique, la Norvège a vu sa demande intérieure en produits pétroliers reculer en 2017. Une baisse liée en partie au parc grandissant de véhicules à très faibles émissions polluantes.


Dans un pays où les ventes de modèles électriques et hybrides rechargeables représentent désormais plus de la moitié des immatriculations de voitures neuves, « les ventes de produits pétroliers ont diminué de 2,2 %, bien que certaines catégories (…) comme le mazout lourd et le kérosène ont montré une consommation plus élevée. » Un recul en 2017 après une demande stable en 2014 et deux années consécutives de hausse (1% en 2015 et 3,2 % en 2016) imputable à la croissance du marché des véhicules à batteries (source Forbes).

Voitures électriques en Norvège 

10 % du parc en circulation

Si le taux de pénétration de ce type de véhicules n’atteint que 10 % du parc et que l’essentiel de la demande est concentré dans le sud du premier producteur et exportateur de brut en Europe, la baisse de la demande en essence sans-plomb et en gasoil est pour partie liée à l’engouement des automobilistes norvégiens pour les motorisations alternatives. L’élargissement de l’offre en concession combiné au maintien des aides à l’achat – des exonérations de taxes – ne feront que renforcer cette tendance dans un pays où le gouvernement a émis l’idée d’interdire la vente de véhicules thermiques dès 2025.

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.