Taxis électriques : Londres interdit le diesel sur ses Black Cab

Publié le 17 décembre 2017 à 07h00 | La rédaction | 3 minutes

A Londres, la réglementation exige que tout nouveau taxi soit animé par une motorisation électrique

A Londres, la réglementation exige que tout nouveau taxi soit animé par une motorisation électrique

Dans le cadre d’une nouvelle réglementation visant à réduire la pollution dans la capitale britannique, un nouveau genre de taxis a commencé à arpenter les rues de Londres depuis le 5 décembre dernier. Leur particularité ? Ils roulent à l’électricité et disposent d’une autonomie de 130 km sur une seule charge.

Jusqu’à 600 km d’autonomie

Afin de se mettre en conformité avec la réglementation exigeant que tout nouveau taxi circulant à Londres à partir de 2018 émette de très faibles quantités de gaz polluant, la London Taxi Compagny, devenue London Electric Vehicle Company (LECV) après son acquisition par le chinois Geely, a commencé à déployer une nouvelle version de l'emblématique taxi noir de Londres mardi 5 décembre. Une version qui servira à remplacer les TX4 au diesel à compter de l’an prochain. D’ici 2021, le constructeur prévoit de lancer quelque 9 000 unités, soit environ la moitié de la flotte de taxis actuellement en circulation dans la capitale. Electrique, le nouveau « black cab » baptisé TX eCity est capable de rouler 80 miles (129 kilomètres) en mode « zéro émission ».

Un générateur électrique de réserve alimenté par un petit moteur essence permettra ensuite de parcourir environ 470 km supplémentaires. Une fonction qui sera mis à la disposition des chauffeurs qui n’ont pas la possibilité de faire le plein d’énergie. Plus imposants, ils sont donc plus spacieux et peuvent transporter jusqu'à six passagers. À l'intérieur, sous un toit transparent, le véhicule offre une palette de possibilités de connexion : Wi-Fi, chargeurs USB, prise de courant et lecteur de carte bancaire sans contact à l'arrière.

 

Surcoût de 10 000 livres

 

Construit dans le centre de l'Angleterre, à Coventry, comme c'est le cas depuis 70 ans des Black Cab à motorisation diesel, « ce véhicule est totalement nouveau et offre une bien meilleure expérience au conducteur comme aux passagers », a assuré à l’AFP Chris Gubbey, directeur de la London Electric Vehicle Company. « Il est très silencieux et la conduite est bien meilleure », a-t-il ajouté. Pour Peter Powell, un chauffeur de taxi qui teste les nouveaux véhicules depuis deux mois, « la qualité de conduite est incroyable.

Les clients vont adorer ». Il reconnaît toutefois que « de nombreux anciens n'aiment pas le changement », préoccupés notamment par des bornes de recharge en nombre insuffisant à Londres puisqu'il y en aura seulement 80 au début de 2018 dédiées aux taxis électriques. Côté tarification, les chauffeurs de taxi devront débourser 55 000 livres (environ 62 000 euros), soit 10 000 livres de plus que la dernière version diesel (TX4). Mais son fabricant estime que les conducteurs peuvent économiser 100 livres (114 euros) par semaine en carburant. A condition de pouvoir se recharger …