En 2030, le Danemark veut 1 million de véhicules électriques sur ses routes

Publié le 12 octobre 2018 à 05h00 | La rédaction | 3 minutes

Après avoir supprimé très tôt les aides à l’achat pour véhicules électriques, le Danemark veut interdire la vente de modèles diesel et essence à l’horizon 2030

Après avoir supprimé très tôt les aides à l’achat pour véhicules électriques, le Danemark veut interdire la vente de modèles diesel et essence à l’horizon 2030

Le gouvernement danois veut interdire la vente de voitures diesel et essence sur son territoire à l'horizon 2030. Soit 10 ans avant la France et le Royaume-Uni, se posant ainsi en exemple pour l'Europe.

 

Le gouvernement conservateur danois dirigé par le Premier ministre Lars Rasmussen veut interdire la vente de voitures à motorisation thermique d’ici à 2030. Un objectif ambitieux que celui-ci a publiquement reconnu comme « difficile à réaliser », lors d’une session parlementaire. Mais, a-t-il aussitôt ajouté, « c’est exactement la raison pour laquelle nous devons essayer ». « Dans douze ans - seulement douze ans -, nous voulons interdire la vente de nouvelles voitures essence et diesel », a martelé le chef de l’exécutif du pays devant l’assemblée de députés. Les véhicules à moteur hybride feront quant à eux l’objet de la même interdiction à partir de 2035.

Danemark : de nouvelles aides pour doper les ventes électriques

Très critiqué pour avoir alourdi la fiscalité sur les véhicules faiblement polluants en 2016, décision qui a eu pour effet de ramener le pourcentage de voitures électriques neuves vendues de plus de 3 % du total à près de zéro, M. Rasmussen, se voulant désormais le nouveau chantre de la mobilité « zéro émission », a déclaré qu’il voulait un Danemark à l’avant-garde « qui tire le monde dans une direction plus verte ».

Difficile mission, mais pas impossible

Un virage politique que le gouvernement conservateur qu’il dirige veut complètement assumer. Car, outre l’interdiction des ventes de voitures thermiques conventionnelles, les membres de l’exécutif du royaume scandinave ont aussi annoncé un objectif de mise sur route de plus d’un million de voitures électriques, cela à l’horizon 2030 également. L’idée semble « fortement optimiste, estime d’ores-et-déjà le grand quotidien libéral Politiken, sachant que le nombre de voitures électriques vendues cette année se limite à 1 200 ». Il note toutefois que la réalisation du projet gouvernemental ne relève pas du domaine de l’impossible.

Danemark : 450 Renault ZOE en autopartage à Copenhague

Selon Politiken, trois obstacles doivent être surmontés afin que le royaume scandinave devienne un leader en matière de transport propre à l’horizon fixé. D’abord le prix des voitures électriques, plus cher comparé aux voitures traditionnelles. Ensuite la faiblesse du nombre de stations de recharge ; et enfin le fait que les Danois gardent en moyenne leur voiture pendant quinze ans, une durée de détention beaucoup trop étendue pour assurer un renouvellement rapide du parc automobile.

Pays pionnier

Pays pionnier dans la lutte contre le réchauffement climatique, le Danemark ambitionne de devenir neutre en énergie fossile en 2050. Entre 1980 et 2015, les émissions de carbone du royaume ont diminué de 38 %, selon l'institut State of Green. Avec cette interdiction à venir, il rejoint l'Islande, autre pays scandinave, qui avait annoncé une mesure similaire début septembre. La France prévoit quant à elle la fin de la vente des voitures neuves à moteur thermique d'ici 2040.