Danemark : de nouvelles aides pour doper les ventes électriques

Publié le 06 juin 2018 à 07h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Après avoir supprimé les incitants en faveur des véhicules électriques, le gouvernement danois s’apprête à faire machine arrière

Après avoir supprimé les incitants en faveur des véhicules électriques, le gouvernement danois s’apprête à faire machine arrière

Le gouvernement danois pourrait décider d’augmenter à nouveau les subventions accordées aux voitures à faibles émissions polluantes face au constat d’une chute massive des ventes dans le pays, qui sont passées de près de 5 000 unités en 2015 à moins de 1 000 l'année dernière.

 

« Nous avons des incitatifs fiscaux pour les voitures électriques, et nous devons discuter de la question de savoir si elles devraient être plus importantes », a ainsi déclaré le Premier ministre Lars Lokke Rasmussen lors d'un entretien accordé il y a quelques semaines à Copenhague. Une réorientation très attendue et qui devrait intervenir d’ici la fin de la période estivale si l’on en croit M. Rasmussen.

Abondant dans le sens du Premier ministre, Karsten Lauritzenin, le ministre des impôts, a quant à lui reconnu que « les ventes de véhicules électriques ont été inférieures à ce que nous attendions il y a un an et demi ». Avant d’ajouter : « L'introduction progressive et programmée [de la taxe d’immatriculation, NDLR] s'est avérée difficile, ce qui a probablement stoppé les ventes. »

 

Taxe d’immatriculation parmi les plus élevées au monde

Les ventes danoises de véhicules électriques ont commencé à baisser depuis que le gouvernement de centre-droit dirigé par M. Rasmussen a progressivement réduit les aides publiques à l’achat, en particulier l’exemption des taxes d’immatriculation, qui reste l’une des plus élevées au monde. Pour qu’une voiture ait le droit de circuler librement au Danemark, il faut en effet que son propriétaire s’acquitte au préalable d’un montant équivalent à 180 % du prix d’achat de celle-ci. Une tendance qui s’est considérablement renforcée au cours de ces deux dernières années, et qui a notamment eu pour conséquence de réduire à peau de chagrin les ventes du fabricant américain Tesla, autrefois leader du marché grâce à sa Model S.

A noter que les nouvelles mesures incitatives qui seront mises en place entrent dans le cadre d’une stratégie globale du gouvernement visant à stimuler la consommation d'énergies renouvelables dans le pays. Un plan qui, selon l’agence Bloomberg, sera financé à hauteur de 2 milliards de dollars et qui vise à rendre le secteur de l’électricité danois totalement exempt de combustibles fossiles d'ici à 2050.

Voiture électrique Danemark 

Interdiction des véhicules à combustion à partir de 2030

Alors que le contenu de ces nouvelles mesures n’est pas encore connu, des voix s’élèvent déjà pour critiquer la décision du gouvernement de faire marche arrière. Ainsi, pour Laerke Flader, le chef de l'Alliance danoise des voitures électriques (DECA), l'industrie de la voiture électrique « ne veut pas investir dans un marché qui ne sera peut-être pas là l'année prochaine », pointant par-là l’un des défauts majeurs de toute politique incitative : leur caractère hautement imprévisible.

Quoi qu’il en soit, les sociaux-démocrates, qui sont actuellement dans l’opposition, ont d’ores et déjà prévenu qu’ils envisageaient d’interdire les véhicules dopés aux combustibles fossiles au Danemark à partir de 2030 dans le cas où ils s'empareraient de l'exécutif du pays après les prochaines élections législatives qui auront lieu en 2019. Affaire à suivre.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.