Citroën E-Berlingo : le Multispace électrique … pour les flottes

Publié le 22 mars 2017 à 09h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Dotée d’une autonomie théorique de 170 km, la version électrique du Citroën Berlingo Multispace cible avant tout les flottes d’entreprises

Dotée d’une autonomie théorique de 170 km, la version électrique du Citroën Berlingo Multispace cible avant tout les flottes d’entreprises

Dévoilé hier lors d’un événement Facebook Live, la version électrique du Citroën Berlingo Multispace est davantage une belle opération de communication qu’une véritable nouveauté. Comme son clone technique Peugeot Partner Tepee à motorisation électrique, le ludospace aux chevrons entend surtout convaincre les flottes d’entreprises et les services d’autopartage.

 

Autonomie théorique de 170 km

Moins de 48 heures après la fermeture du salon de Genève, Citroën dévoilait hier après-midi une « nouveauté électrisante ». Une belle opération de communication qui a été réalisée sur le réseau social Facebook mais n’a accouché que d’une souris. Clone technique du Peugeot Partner Tepee Electric dévoilé sur les estrades suisses, le E-Berlingo Multispace en reprend logiquement la chaîne de traction composée de deux packs batteries Lithium-Ion installés de part et d’autre de l’essieu arrière et développant une capacité de 22,5 kWh ainsi qu’un moteur électrique d’une puissance de 49 kW / 67 ch et un couple maximal de 200 Nm. Une configuration qui offre à ce ludospace électrifié une autonomie théorique de 170 km (NEDC), soit 100 à 130 km en conditions réelles d’utilisation.

 

Une gamme de 4 modèles électriques

Exclusivement disponible en version 5 places, le Citroën E-Berlingo Multispace rejoint la gamme électrique aux chevrons déjà constituée de la citadine C-Zero – autre clone de la Mitsubishi i-MiEV et de la Peugeot iOn –, du cabriolet de loisirs E-Méhari et de l’utilitaire Berlingo Electric lancé en 2013. A rebours de la tendance actuelle qui voit les constructeurs se livrer une âpre bataille autour de l’autonomie de leurs modèles électriques, le groupe PSA Peugeot Citroën a choisi d’électrifier à moindres frais des modèles thermiques. Objectif assumé par les deux industriels français : offrir un rapport prix (non dévoilé à ce jour) / autonomie / équipements parmi le plus compétitif du marché. Un triptyque destiné essentiellement à séduire flottes d’entreprises et opérateurs d’autopartage. Pour les particuliers qui souhaitent une autonomie étendue (300 km), il faudra patienter jusqu’en 2019.

Peugeot Partner Tepee : l’électrique anachronique à Genève 

Commercialisation en mai à un tarif inconnu

Côté recharge, le ludospace E-Berlingo reprend les caractéristiques du cousin Partner Tepee, à savoir un temps de charge de 15 heures sur une prise standard, de 8h30 sur une prise renforcée Legrand Green’Up Access et de 30 minutes sur une station rapide au standard CHAdeMO (450 en France). Sans surprise, le Multispace reprend les équipements du Partner parmi lesquels la double porte latérale coulissante, le limiteur de vitesse, la climatisation, la détection de sous-gonflage des pneus, le radar de recul, l’aide au démarrage en pente ou encore le préconditionnement de l’habitacle (dès le premier niveau de finition). Question habitabilité enfin, le ludospace électrique commercialisé en mai prochain conserve les standards des versions thermiques avec une capacité de chargement oscillant entre 675 et 3 000 litres (banquette arrière escamotée) et un total de 78 litres d’espaces de rangement.

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.