Peugeot Partner Tepee : l’électrique anachronique à Genève

Publié le 09 mars 2017 à 12h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Déclinaison ludospace du Peugeot Partner lancé en 2013, le Tepee Electric en reprend les principales caractéristiques

Déclinaison ludospace du Peugeot Partner lancé en 2013, le Tepee Electric en reprend les principales caractéristiques

Premier ludospace électrique de la marque au Lion, le Peugeot Partner Tepee Electric se dévoile au salon de Genève. Anachronique au vu des derniers lancements de modèles concurrents, la batterie de 22,5 kWh n’offre qu’une autonomie réelle de 120 km. Trop juste pour plaire à un grand nombre de clients particuliers mais parfaitement dans la cible des flottes d’entreprises et des opérateurs d’autopartage.

 

Autonomie réelle de 120 km

Annoncé mi-février, le nouveau véhicule électrique de Peugeot n’en est pas vraiment un mais plutôt l’adaptation de la version utilitaire du Partner lancé il y a déjà 4 ans. Au programme de ce ludospace 5 places électrifié dont la commercialisation débutera l’automne prochain : une batterie Lithium-Ion d’une capacité de 22,5 kWh, une autonomie de 170 km selon l’invraisemblable cycle d’homologation NEDC – 120 km en conditions réelles d’utilisation –, un volume de chargement équivalent à 3 000 litres (banquette arrière escamotée) et une dotation de série généreuse.

Peugeot Partner Tepee Electric 

Mis à mal par le Kangoo

A lire la fiche technique, l’acheteur particulier pourrait penser qu’il s’agit d’un véhicule électrique d’occasion mis sur le marché en 2013. Et pourtant, il s’agit bien d’un nouveau modèle qui rejoindra la gamme électrique Peugeot déjà composée de la citadine iOn – une Mitsubishi i-MiEV rebadgée en réalité – et de l’utilitaire Partner. Un anachronisme qui est encore plus tangible en comparant les caractéristiques du Partner Tepee Electric à la référence Renault Kangoo Z.E. qui, depuis peu, bénéficie d’une nouvelle batterie de 33 kWh offrant une autonomie NEDC de 270 km.

Peugeot Partner Electric : le Tepee prend le train en marche 

Destiné aux flottes

Une déception que ne gommera pas la charge rapide en 30 minutes sur l’une des 450 stations publiques de France mais qui séduira probablement les entreprises et collectivités à la recherche de navettes électriques ou les opérateurs d’autopartage urbain dont les véhicules parcourent de petites distances. Si le constructeur sochalien ne communique sur aucun tarif, il promet un prix compétitif pour l’automne 2017. Un argument supplémentaire qui plaira aux gestionnaires de flottes ainsi qu’à quelques rares particuliers pour qui les performances du Tepee Electric seront suffisantes pour couvrir leurs besoins quotidiens.

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.