Voiture à hydrogène : Mercedes lance un premier modèle et lève le pied

Publié le 11 avril 2017 à 12h00 | La rédaction | 3 minutes

Malgré le lancement fin 2017 de son GLC F-Cell, Mercedes-Benz vient d’annoncer l’arrêt des investissements dans la voiture à hydrogène

Malgré le lancement fin 2017 de son GLC F-Cell, Mercedes-Benz vient d’annoncer l’arrêt des investissements dans la voiture à hydrogène

Tandis que les constructeurs asiatiques à l’image de Honda, Hyundai et Toyota poursuivent leurs efforts sur le marché naissant de la voiture électrique dopée à l’hydrogène, Mercedes-Benz et sa maison mère, le groupe Daimler, préfèrent temporiser et se concentrer sur les voitures entièrement électriques et hybrides rechargeables. Seule concession : un premier modèle équipé d’une pile à combustible sera produit en petite série d’ici la fin de l’année.

 

Priorité à l’électrique et à l’hybride

Lors d’un congrès sur l’automobile organisé la semaine passée à Stuttgart (Allemagne), le patron du groupe Daimler, Dieter Zetsche, a annoncé son intention de se retirer des développements des piles à combustible et investir davantage dans des modèles électriques et hybrides rechargeables. Le PDG de la firme à l’étoile renforce ainsi son engagement à lancer 10 nouveaux modèles électriques pour les six années à venir. Selon M. Zetsche, le marché des piles à combustible, en déclin constant depuis son invention, pourrait ne jamais être viable, et bien que Daimler détienne encore une technologie de pointe, le segment ne constitue plus une priorité pour la marque.

Mercedes GLC F-Cell 

Les causes de cette rétractation 

Au début des années 2010, les premières voitures électriques étaient limitées par leur autonomie et leur temps de charge alors que les chaines de traction à l’hydrogène pouvaient se ravitailler en quelques minutes pour une autonomie jusqu’à 4 fois plus importante. Mais au cours des dernières années, "la technologie des batteries ultramodernes ont réduit cet avantage, en particulier avec la baisse des coûts". Les véhicules à batteries sont maintenant dotés d’une plus grande autonomie – jusqu’à 380 km pour la nouvelle Opel Ampera-e – et les nouvelles infrastructures de charge ultra-rapide à l’image des Superchargeurs de Tesla garantissent un temps de charge réduit. Côté prix, l’électrique est actuellement plus accessible par rapport aux modèles à l’hydrogène dont les tarifs débutent généralement aux alentours de 60 000 euros.

Mercedes GLC F-Cell : le SUV à hydrogène lancé en 2017 (+ photos) 

Mercedes GLC F-Cell 

Toutefois, la firme allemande poursuivra encore quelques projets liés aux piles à combustible comme son SUV Mercedes GLC F-Cell prévu dans le courant de cette année. Il s’agit du premier modèle dopé à l’hydrogène de la marque. Offrant une autonomie réelle de 450 km sur une seule charge et un plein de dihydrogène réduit à seulement 3 minutes sur une station publique (700 bars), le SUV pourrait toutefois ne jamais être rentable. Produit en petite série, il sera essentiellement destiné aux flottes captives et à l’Etat de Californie qui dispose de l’infrastructure indispensable à sa commercialisation. Chez le sud-coréen Hyundai, l’hydrogène fait en revanche toujours partie de sa stratégie de réduction des émissions polluantes – un second SUV doté d’une pile à combustible sera lancé l’an prochain –, de même que chez le confrère BMW qui a récemment annoncé la commercialisation à petite échelle d’un premier modèle à l’horizon 2020.

Galerie de photos