Aptis : Alstom à la conquête du marché des bus électriques

Publié le 23 mars 2017 à 18h00 | La rédaction | 2 minutes

Avec son Aptis, le français se lance à la conquête du marché des bus électriques ; les premières unités seront testées en 2018 à Paris par la RATP

Avec son Aptis, le français se lance à la conquête du marché des bus électriques ; les premières unités seront testées en 2018 à Paris par la RATP

Avec son Aptis, Alstom veut se lancer à la conquête du lucratif marché des bus électriques. Les premières livraisons ne devraient toutefois avoir lieu qu’en 2019. Si tout va bien.

 

Un prototype électrique nommé Aptis

Aptis est un bus électrique dont les lignes ressemblent à s’y méprendre à un tramway. Aptis en est encore à l’état de prototype mais c’est l’une des solutions proposées par Alstom pour accompagner la nécessaire transition des véhicules de transport public vers des solutions à très basses émissions. Né d’une collaboration entre Alstom et NTL, le bus électrique dispose d’une hauteur de 3,1 mètres et d’une longueur de 12 mètres. Des dimensions qui lui permettent d’accueillir une centaine de passagers. Il compte par ailleurs quatre roues, qui sont directionnelles tant à l’avant qu’à l’arrière. Ces roues lui permettent, entre autres, de se coller aux trottoirs, facilitant ainsi la montée des usagers, notamment celle des personnes qui se déplacent en fauteuil roulant.

Alstom Aptis 

Solutions clés en main

D’après son constructeur, Aptis est un véhicule facile à entretenir. Il disposerait également d’une durée de vie plus longue – supérieure en moyenne de 30 % – en comparaison des flottes actuelles.  Pour Henri Poupart-Lafarge, le PDG d’Alstom, il a été conçu « pour être le plus adapté aux souhaits et besoins des opérateurs. » Alstom entend en effet proposer aux futurs propriétaires de son bus électrique des solutions « clef en main ». Ainsi, en plus du véhicule lui-même, les exploitants pourront compter aussi sur les solutions de maintenance, d’alimentation et d’intégration au réseau du groupe Alstom. Un pack de services qui n’est pas sans rappeler celui proposé par le même industriel en novembre dernier lors de la présentation du train à hydrogène Coradia iLint.

Paris : 4 500 bus diesel remplacés par de l’électrique en 2025 

Industrialisation à partir de 2018

Alstom n’a pas encore communiqué le prix du véhicule. Toutefois, quelques villes ont déjà manifesté leur intérêt pour accueillir une flotte expérimentale. C’est Paris qui va effectuer les premiers essais dès le second semestre de cette année. Aptis sera testé par la RATP sur deux de ses lignes. L’opérateur Keolis prévoit de faire la même chose en Ile-de-France. La ville de Strasbourg a également émis le souhait d’utiliser ces nouveaux bus électriques. L’industrialisation d’Aptis ne devrait commencer qu’à partir de 2018. A condition toutefois que d’autres villes montrent un intérêt, note Henri Poupart-Lafarge. Si tout va bien, les premières livraisons devraient avoir lieu en 2019.

Galerie de photos