VIDÉO - Nissan LEAF e+ : plus de puissance et plus d’autonomie

Publié le 09 janvier 2019 à 05h00 | Fabrice SPATH | 5 minutes

NOUVEAUTÉ - Plus d’un an après le lancement de la seconde génération de la compacte électrique la plus vendue de la planète, Nissan vient de révéler au CES de Las Vegas les principales caractéristiques de la version à autonomie étendue de sa LEAF. Au programme : une batterie de 62 kWh, une autonomie WLTP de 405 km et des premières livraisons attendues à l’été prochain.


Jusqu’au dernier moment, le suspens était total : la version à autonomie étendue de la Nissan LEAF sera-t-elle dévoilée au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas ? Ou le constructeur patientera-t-il jusqu’au salon de Detroit ?

Finalement, c’est bien sur son stand de la grand-messe annuelle de l’électronique grand public que la firme de Yokohama a présenté la nouvelle version de la seconde génération de sa berline compacte « zéro émission » lancée à l’automne 2017.

 

Batterie de 62 kWh à la chimie améliorée

Baptisée LEAF e+, cette déclinaison à la capacité de batterie renforcée sera disponible dès l’été 2019, d’abord via la série 3.ZERO e+ limitée à 5 000 exemplaires pour l’Europe commercialisée à partir de 45 500 euros (hors bonus). À compter de l’automne 2019, Nissan débutera les livraisons sur l’ensemble de la gamme dont les tarifs et les finitions n’ont pas encore été dévoilés.

Conformément aux indiscrétions de l’année passée, la LEAF e+ embarque une batterie Lithium-Ion développant une capacité totale de 62 kWh (soit environ 58 kWh utiles) dont la taille est quasi identique à celle équipant l’actuelle 40 kWh qui restera au catalogue.

Un tour de force obtenue grâce à une amélioration de la chimie des cellules fournies par le sud-coréen LG Chem qui accroît la densité énergétique de 25 %. Pour autant, Nissan n’a pas précisé le poids de ce nouvel accumulateur plus long de seulement 5 mm par rapport à l’actuel.

 

Autonomie WLTP estimée à 405 km

Dans le communiqué de presse fourni par l’allié de Renault, aucune mention n’est faite au sujet du système de régulation thermique de la batterie qui, sur la première mouture, ne bénéficie d’aucun refroidissement spécifique (air ou liquide) et a notamment conduit à l’allongement notable des temps de charge lors des trajets autoroutiers.

Concernant le point crucial d’un véhicule électrique, à savoir son autonomie, l’industriel nippon communique aux États-Unis sur une portée de 226 miles (soit 363 km) en cycle mixte américain EPA, plus strict que le WLTP en vigueur depuis le 1er septembre dernier en Europe.

En comparant ce chiffre aux 151 miles de la version 40 kWh, l’autonomie bondit de près de 50 %. Sur le Vieux Continent, en extrapolant les 270 km WLTP offerts par la batterie 40 kWh, la portée de la nouvelle pile devrait grimper à 405 km.

ESSAI – Nouvelle Nissan LEAF : mon électrique est "fantastique" (+ vidéo) 

Hausse de la puissance moteur et de charge

Avec la précaution qui s’impose liée au système de régulation thermique dit « passif », une autre évolution concerne la puissance de charge au standard CHAdeMO. Au CES, le constructeur communique sur une puissance de 70 kW avec un pic à 100 kW en fonction de la température de la batterie ou encore des conditions de charge.

Une hausse de la puissance qui nécessitera de mettre à jour les milliers de bornes de recharge rapide déployées par Nissan en Europe et dont l’un des principaux avantages résidera dans le temps de charge qui, selon l’industriel, sera équivalent à l’actuelle version dotée de la batterie 40 kWh. Soit 40 à 60 minutes pour la première charge rapide de la journée.

Autre changement : déjà bien dotée avec sa cavalerie de 110 kW / 150 ch, la LEAF voit la puissance de son bloc moteur être doper à 160 kW / 220 ch tandis que le couple gagne 20 Nm à 340 Nm. De quoi concurrencer les Hyundai Kona Electric et Kia e-Niro dont les batteries 64 kWh sont associées à un moteur de 150 kW / 204 ch.

Nissan LEAF : 70 % des clients n’ont jamais possédé de véhicule électrique 

Premières livraisons pour l’été

Esthétiquement, la LEAF e+ adopte un badge spécifique sur la malle arrière ainsi qu’une calandre avant légèrement modifiée. Par ailleurs, sept nouveaux choix de carrosserie - dont six bi-ton - viennent s’ajouter à ceux de la gamme existante : bleu Topaze, bleu Topaze toit noir Métal, gris Foudre toit noir Métal, noir Métal toit gris Squale, gris Squale toit noir Métal, blanc Lunaire toit bleu Indigo, rouge Magnétique toit noir Métal.

Dans l’habitacle, un écran de 8 pouces fait son apparition tandis que le très perfectible système d’infodivertissement Connect EV se dote d’une fonction de navigation « porte à porte ».

D’abord commercialisée via une édition spéciale baptisée 3.ZERO e+ facturée 45 500 euros (hors bonus de 6 000 euros), la LEAF 62 kWh devrait être livrée à ses premiers clients avant l’été. Plus chère d’environ 5 000 euros que la version 40 kWh, cette déclinaison à autonomie étendue aura pour mission de maintenir le leadership du modèle sur le marché européen de plus en plus disputé des véhicules électriques.

 

Principales caractéristiques techniques

  

Nissan LEAF

Standard

E+

Capacité batterie (totale)

40 kWh

62 kWh

Nombre de cellules (LG)

192

288

Autonomie (WLTP)

270 km

405 km (estimée)

Puissance charge rapide

50 kW

70 kW (pic à 100 kW)

Puissance et couple moteur

110 kW / 150 ch (320 Nm)

160 kW / 220 ch (340 Nm)

 

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.

Articles complémentaires :

Voiture électrique : notre TOP 5 en France pour 2018-2019

Nissan LEAF : une vente toutes les 10 minutes en Europe

Avec la LEAF, Nissan veut fournir de l’électricité gratuite à ses clients

Nissan LEAF : désormais disponible en version taxi en Allemagne

Nissan LEAF et sa batterie : le sujet de la discorde

Nissan LEAF : la batterie 60 kWh coûtera 4 800 euros de plus