Batteries : le chinois CATL s’apprête à produire en Europe

Publié le 31 mai 2018 à 13h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Après les équipementiers sud-coréens, le chinois CATL s’apprête à installer un centre de production de batteries électriques en Europe

Après les équipementiers sud-coréens, le chinois CATL s’apprête à installer un centre de production de batteries électriques en Europe

Alors que l’Europe se cherche des voies pour enfin donner naissance à un géant de la production de batteries, le spécialiste chinois CATL poursuit son offensive mondiale et va bientôt installer en Europe sa première usine hors de Chine.

 

Le groupe CATL est sur le point de finaliser une étude de faisabilité portant sur un site de production européen de batteries. L’information a été révélée par Matthias Zentgraf, responsable des activités européennes du fabricant basé à Fujian, à l’occasion du récent Battery Show Europe de Hanovre. La décision concernant le lieu d’implantation de cette nouvelle usine devrait être connue d’ici quelques semaines. Zentgraf explique le choix de produire hors des frontières chinoises par la nécessité de réduire les délais de livraison. « Le transport [entre la Chine et l’Europe, NDLR] dure 6 semaines, ce n’est pas viable», a avancé le responsable. Pour rappel, CATL a réussi le pari de signer plusieurs contrats d’approvisionnement avec tous les constructeurs européens majeurs, de BMW à Daimler, en passant par Renault, PSA, et Volkswagen.

 

Rivalité sino-coréenne

Une réussite spectaculaire obtenue en moins de cinq ans alors que la concurrence est très vive sur un marché des batteries très disputé, avec des acteurs de référence comme Tesla, pionnier du concept de « Gigafactory ». Ou comme certaines entreprises japonaises, telles que Panasonic, qui ont encore représenté 70 % de ce marché en 2013. Sans compter les compagnies sud-coréennes qui disposent d’une puissante force de frappe financière et technologique dans le domaine.

L’implantation de CATL en Europe semble justement viser les groupes technologiques coréens qui ont accentué leur présence sur le continent ces derniers temps, en multipliant les investissements dans de nouvelles usines. « Les sociétés coréennes, utilisant une stratégie de bas coût pour rivaliser avec nous, n'ont pas fait beaucoup de progrès technologiques au cours des deux dernières années, alors que nous avons réussi à grandir rapidement et à les surpasser », n’a pas ainsi à clamer Zeng Yuqun, le porte-parole de la firme lors d’un important rassemblement politique qui s’est déroulé récemment à Pékin.

 

Collaboration de long terme

Au-delà, c’est un partenariat de long terme avec les industriels européens qui est visé. En effet, le projet annoncé par M. Zentgraf concerne l’installation d’une usine dont la capacité de production équivaudrait voire surpasserait la Gigafactory de Tesla dans le Nevada. L’Allemagne, la Hongrie et la Pologne seraient parmi les pays les plus en vue pour accueillir l’infrastructure.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.