Nouvelle Honda Insight : la berline hybride au succès très incertain

Publié le 16 janvier 2018 à 17h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Au salon de Detroit, Honda présente un prototype de sa nouvelle Insight dont la commercialisation aux USA est attendue en fin d’année

Au salon de Detroit, Honda présente un prototype de sa nouvelle Insight dont la commercialisation aux USA est attendue en fin d’année

La troisième génération de la berline hybride vient d’être dévoilée au salon de Detroit sous la forme d’un prototype. Mais son design plus consensuel et la sobriété de sa motorisation essence-électrique suffiront-ils à lui assurer un succès commercial ? Pas sûr au vu des dernières performances de la Prius aux Etats-Unis. Première rencontre dans la « Motor City ».
 

Qui le sait ? Honda a été le second constructeur mondial à produire en série un véhicule hybride. Deux ans seulement après la première génération de la Toyota Prius lancée en 1997. Mais l’histoire est cruelle avec les seconds et la firme de Tochigi n’a pas particulièrement brillé par la créativité du coup de crayon de ses designers ni même par la modernisation de sa motorisation baptisée IMA. Retirée du catalogue européen puis mondial à partir de 2014, la berline nippone renaît dans un troisième opus au salon automobile de Detroit. 

Pétrole bon marché et domination des pickups

Attendue dans les concessions nord-américaines en fin d’année, la nouvelle Insight affiche des lignes beaucoup plus consensuelles et modernes que la précédente mouture. Avec sa carrosserie tricorps, la berline est adaptée aux goûts et besoins de ce marché. C’est en tout cas ce que pense Honda dont la dernière création devra affronter la compatriote Toyota Prius IV et la sud-coréenne Hyundai IONIQ. Mais à consulter les immatriculations de Prius, l’Insight III ne risque pas d’être à la fête, la première ayant réalisé l’an passé une contreperformance commerciale. Il faut remonter à 2004 pour connaître plus mauvaise année.

Au plus haut en 2012 (147 516 unités), les ventes se sont érodées pour atteindre 98 863 immatriculations en 2016 avant de s’effondrer à seulement 65 680 unités en 2017. Une désaffection des clients qui intervient dans un contexte de pétrole bon marché et de gros véhicules puissants et accessibles, à l’image du pick-up Ford F-150, véhicule le plus vendu en 2017 aux USA. Dans le même temps, les ventes d’hybrides rechargeables se sont envolées, la Prius Prime n’étant pas étrangère à cette dynamique. C’est dans ce contexte qu’est présentée la Honda Insight à Detroit.

Honda


Technologie i-MMD et boîte CVT

Si l’on peut se réjouir de cette renaissance, on ne peut que regretter la technologie retenue sous son capot. Le nouvel opus n’aura pas droit au système i-DCD avec double embrayage inauguré par la citadine Jazz. La berline devra se contenter du système i-MMD étrenné par la grande sœur Accord. Une boîte « automatique » à variation continue (type CVT) proche de celle installée sur la Prius. Ici, le bloc 4 cylindres 1,5 l est associé à un moteur électrique alimenté par une batterie Lithium-Ion installée derrière les sièges arrière. Inutile de préciser que l’accumulateur ne peut être rechargé sur une source d’énergie externe.

Au chapitre des caractéristiques techniques et autres spécifications, il faudra probablement patienter jusqu’au salon de New York, en avril. Le prototype présent au Cobo Center était fermé, l’habitacle étant présenté au printemps. En attendant une hypothétique commercialisation en Europe, Honda a confirmé que la déclinaison hybride de son crossover CR-V y sera disponible dès l’été prochain. Les deux modèles rejoindront la gamme à faibles émissions constituée de la triplette Clarity (hydrogène, électrique et hybride rechargeable) et de la familiale Accord essence-électrique dont la variante rechargeable a été abandonnée aux Etats-Unis.

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.