Toyota Prius : restylage attendu en fin d’année pour relancer les ventes

Publié le 10 septembre 2018 à 07h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Vendue à plus de 4 millions d’exemplaires dans le monde, la Toyota Prius voit ses ventes s’étioler depuis le lancement de la quatrième génération

Vendue à plus de 4 millions d’exemplaires dans le monde, la Toyota Prius voit ses ventes s’étioler depuis le lancement de la quatrième génération

Voiture hybride la plus populaire de la planète, la Toyota Prius voit ses ventes s’étioler depuis le lancement de la quatrième génération. En cause : un style clivant qui, par le passé, a pourtant participé à son succès. Pour relancer les ventes, le constructeur lui réserve un restylage.


Lancée en 1997, le premier modèle à double motorisation hybride essence-électrique produit en série s’est écoulé à plus de 4 millions d’unités dans le monde. Une carrière très enviable freiné semble-t-il par la quatrième génération au style plus clivant que les précédentes (lire notre essai). Mais aussi par la croissance des ventes de la déclinaison hybride rechargeable – baptisée Prime aux États-Unis et PHEV en Europe – dont la batterie Lithium-Ion d’une capacité de 8,8 kWh offre à la berline compacte une autonomie d’environ 40 km en mode électrique.

Toyota Prius hybride rechargeable 

Ventes en baisse

La Prius PHEV est même devenue le modèle hybride rechargeable le plus populaire de la planète. Et outre-Atlantique, cette variante est le modèle le plus vendu de sa catégorie, devant la seconde génération de la Chevrolet Volt. Sur les 8 premiers mois de l’année, les immatriculations y ont ainsi bondi de 39,2 % avec 18 310 mises à la route tandis que celles de la version hybride conventionnelle ont enregistré un repli de 17,3 % avec 61 5747 ventes.

 

Modifications esthétiques

Un phénomène également constaté au Japon où la Toyota Aqua – baptisée Yaris sous nos latitudes – est désormais plus populaire que la Prius. Pour doper ses ventes, la firme de Nagoya travaille à un léger restylage. Selon le site nippon Spyder 7, l’essentiel des modifications serait d’ordre esthétique.

A commencer par les boucliers plus imposants, les optiques avant repris de la version PHEV – un bloc à trois éléments LED – et des feux arrière qui intégreront des clignotants séquentiels à LED. En revanche, le groupe essence-électrique de 122 ch ainsi que la capacité de la batterie resteront inchangés. Rendez-vous en décembre ou en janvier prochain pour constater les changements.

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.