Pour alimenter ses voitures électriques, Volkswagen crée le consortium des batteries

Publié le 21 mars 2019 à 16h57 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Dans le but de faire progresser la production de cellules pour batteries à destination des véhicules électriques, l’allemand Volkswagen et le suédois Northvolt créent un nouveau consortium. Objectif : développer une expertise complète dans la technologie, des matières premières au recyclage.

En ce début d’année, le groupe Volkswagen n’en finit plus de multiplier les annonces dans le domaine de la mobilité électrique : ouverture de la plateforme MEB à des constructeurs tiers, lancement de 70 modèles « zéro émission » d’ici 2028, officialisation d’un objectif de production cumulée supérieure à 22 millions de véhicules électriques d’ici 10 ans.

Le tout accompagné d’un plan d’économies et de rationalisation des gammes, d’une production faiblement carbonée et d’une stratégie à 360 degrés en ce qui concerne la recharge des futurs modèles, à domicile via la filiale Elli spécialisée dans la fourniture d’électricité verte, sur les grands axes routiers via le consortium IONITY et ses 400 stations de charge à haute puissance opérationnelles en Europe d’ici 2022.

 

Création d’un consortium avec Northvolt

Ne restait plus qu’un domaine à maîtriser, le plus important sur une électrique : celui des batteries. Plus précisément, celui de la production de cellules, matériau indispensable à la confection des accumulateurs Lithium-Ion, largement dominée par les acteurs asiatiques à l’image de LG Chem, SK Innovation, Samsung SDI et CATL. Autant d’acteurs sud-coréens et chinois que le département achat du groupe de Wolfsburg a déjà référencés.

Batteries : l’Europe se dote enfin d’une filière de fabrication et de recyclage

Si l’industriel allemand a longtemps rechigné à investir dans la filière, laissant le soin à l’État fédéral de structurer et surtout de financer le futur « Airbus des batteries », il s’associe aujourd’hui à Northvolt, spécialiste des accumulateurs qui construit avec l’appui du gouvernement suédois et du groupe ABB une Gigafactory dont la capacité annuelle sera à terme équivalente à 32 GWh.

 

Des matières premières au recyclage

Le consortium doit démarrer ses travaux dès l’an prochain. Selon Volkswagen, les activités de l’European Battery Union (EBU) se concentreront sur toute la chaîne de valeur des batteries - des matières premières à la technologie des cellules, en passant par la seconde vie et le recyclage. L'objectif principal est de développer une expertise complète dans la production de cellules.

Voiture électrique : Berlin et Paris s’entendent sur l’Airbus des batteries

À l'exception de Northvolt, Volkswagen n'a pas nommé les entreprises partenaires. Cependant, le groupe a annoncé que « tous les partenaires impliqués augmenteront leurs investissements (…) et les connaissances acquises seront ensuite échangées entre tous les participants sur une base transnationale ». Des travaux éligibles au programme de financement mis en place par l’État allemand qui investira plus d’un milliard d’euros dans la filière.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.

Articles complémentaires :

Pourquoi Volkswagen va produire 22 millions de voitures électriques d’ici 2030

Volkswagen ID : disponible à la commande dès le 8 mai prochain

Volkswagen MEB : le "couteau suisse" des plateformes électriques

Batteries : pourquoi la France va y investir 700 millions d’euros

Batteries : l’Europe se dote enfin d’une filière de fabrication et de recyclage

Véhicule électrique : Peugeot Citroën prêt à accueillir une usine de batteries à Sochaux