Pollution : la Suède veut à son tour bannir les vieux diesels

Publié le 29 mars 2018 à 11h00 | La rédaction | 2 minutes

Pour lutter contre la pollution, les collectivités suédoises pourront dès 2020 interdire l’accès de leurs centres-villes aux véhicules diesel

Pour lutter contre la pollution, les collectivités suédoises pourront dès 2020 interdire l’accès de leurs centres-villes aux véhicules diesel

Les villes suédoises seront bientôt autorisées à interdire les vieux véhicules diesel dans leurs centres-villes afin de lutter contre la pollution de l'air, a annoncé le gouvernement de centre-gauche.


2020. C’est l’année à partir de laquelle les villes et les municipalités suédoises pourront commencer à interdire aux vieux véhicules roulant au gazole de circuler. Les voitures diesel ne respectant pas les normes d'émission Euro 5 seront les principales concernées par la mesure, mesure dont l’application devrait toutefois être restreinte à des zones dites environnementales et aux centres-villes dans un premier temps.

D’autres catégories d’espaces encore plus étroitement réglementés pourront néanmoins être créées par la suite, dans lesquels l'accès sera autorisé uniquement pour les véhicules électriques à batterie ou à pile à combustible (hydrogène), ainsi qu’à ceux roulant au gaz naturel et répondant à la norme Euro 6.

 

Municipalités divisées

Les normes d'émission Euro 5 sont entrées en vigueur le 1er septembre 2009. Si les nouvelles règles de circulation concernent donc vraiment les voitures les plus anciennes, ces dernières représentent tout de même une voiture diesel sur trois dans le pays, selon les médias suédois. Rien que dans la ville de Stockholm, environ 50 000 voitures diesel seraient évincées du centre-ville si les responsables politiques décidaient de mettre en place ces règles.

D’ores et déjà, des critiques se font entendre sur la pertinence de telles lois anti-pollution en Suède. « Notre air est si propre que nous ne pensons pas en avoir besoin », n’a pas ainsi hésité à clamer Andreas Schönström, conseiller municipal à Malmö. A Göteborg aussi, autre grande ville suédoise, les voix discordantes commencent à émerger. Même à Stockholm, l'opinion semble divisée sur l'opportunité d'aller de l'avant dans ces mesures d’interdiction de circulation.

 

Responsabilité locale

En Allemagne, le Tribunal administratif fédéral de Leipzig a récemment jugé que les grandes villes auront dorénavant le droit d’interdire la circulation des voitures diesel les plus polluantes. Un jugement qui pourrait concerner jusqu’à douze millions de véhicules diesel dans le pays. En Italie, la cité de Rome envisage aussi d’appliquer des mesures similaires pour lutter contre la pollution atmosphérique. Une ambition partagée par Milan ; et en France, par Paris. Des décisions politiques, parfois décriées, qui montrent que l’amélioration de la qualité de l’air passe de plus en plus par les élus et responsables politiques locaux, du moins dans les territoires urbains.