Nouvelle BMW i3 : l’option prolongateur d’autonomie REx disparaît

Publié le 28 septembre 2018 à 10h00 | Fabrice SPATH | 2 minutes

Dispositif quasi indispensable au lancement du véhicule en 2013, le prolongateur d’autonomie thermique est retiré du millésime 2019 de la BMW i3

Dispositif quasi indispensable au lancement du véhicule en 2013, le prolongateur d’autonomie thermique est retiré du millésime 2019 de la BMW i3

Premier modèle électrique de BMW, la citadine i3 joue la carte de l’amélioration continue depuis son lancement en 2013. Après le restylage de 2016 et l’introduction d’une plus grande batterie, la citadine a droit aujourd’hui à une nouvelle pile Lithium-Ion de 42,2 kWh offrant une autonomie WLTP d’environ 300 km. Une performance qui condamne en France le prolongateur d’autonomie thermique.


Après les premières indiscrétions, place aux informations officielles dévoilées ce vendredi matin par le constructeur à l’hélice. Depuis son lancement il y a cinq ans, la citadine au châssis en fibres de carbone est passée d’une autonomie de 190 km à 359 km selon l’ancien et archaïque cycle d’homologation NEDC. Soit, en conditions réelles d’utilisation, d’une portée moyenne de 140 à 260 km. Une progression qui s’est accompagnée en 2016 d’un restylage et d’une version sportive baptisée i3s.

Nouvelle BMW i3 électrique 

Un équipement devenu obsolète

A l’occasion du lancement du millésime 2019, la BMW i3 bénéficie donc d’une nouvelle batterie d’une capacité totale de 42,2 kWh (120 Ah), en hausse de près de 30 % par rapport à la dernière mise à jour intervenue à l’automne 2016 (33 kWh et 94 Ah). Un surplus d’énergie embarquée qui offre une autonomie oscillant entre 270 km (i3s) et 310 km (i3) selon le nouveau cycle WLTP.

Une portée qui, selon la firme de Munich, justifie la suppression de l’option prolongateur d’autonomie (REx) sur un véhicule à vocation urbaine et péri-urbaine. Le petit bicylindre essence qui jouait le rôle de générateur d’électricité et son petit réservoir de 9 litres disparaissent du catalogue, du moins en France.

La baisse du coût du kWh de batterie associée à la progression constante de l’autonomie ont rendu ce dispositif obsolète. Très populaire en France, il offre sur les versions 64 et 94 Ah un surplus d’autonomie d’environ 120 km et permet de réaliser de longs parcours sans appréhension. En attendant la finalisation du réseau IONITY prévue pour la fin 2019.

Galerie de photos

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.