En Chine, Nissan veut devenir un acteur incontournable de l'électrique

Publié le 11 février 2018 à 07h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Pour conquérir le marché chinois du véhicule électrique, Nissan et son partenaire Dongfeng vont investir 7,6 milliards d'euros d'ici 2022

Pour conquérir le marché chinois du véhicule électrique, Nissan et son partenaire Dongfeng vont investir 7,6 milliards d'euros d'ici 2022

Le groupe japonais Nissan prévoit d'investir près de 8 milliards d'euros en cinq ans en Chine. Plus de 20 modèles électrifiés y seront d'ici à 2022. Objectif : faire du pays l’un de ses principaux marchés mondiaux.

 

Nissan entend désormais faire de la Chine l’un de ses plus grands marchés. Le constructeur nippon et son partenaire local Dongfeng viennent ainsi d’annoncer leur intention d'investir 60 milliards de yuans d'ici à 2022 sur le premier marché automobile mondial, soit l'équivalent de 7,6 milliards d'euros, dans l'objectif d’y devenir un acteur incontournable des véhicules électriques. Jusqu’à présent distancé par les géants Volkswagen et General Motors, qui ont écoulé chacun près de 4 millions de véhicules l’an passé, la marque basée à Yokohama, qui est à l’origine du bestseller LEAF, voiture « zéro émission » la mieux vendue au monde, veut bousculer la hiérarchie et affiche son ambition : un objectif de ventes annuelles d'au moins 2,6 millions de véhicules d'ici cinq ans dans l’Empire du Milieu, contre 1,52 million d'unités en 2017.

 

La Chine, futur premier marché de Nissan ?

Un tel niveau de ventes, s’il est atteint, pourrait faire de la Chine le premier marché de Nissan, devant les États-Unis, où la marque a écoulé 1,59 million de véhicules l’an passé. Pour Zhang Zhaohu, analyste pour le site d'information spécialisée Chezhi, l’investissement consenti par le Japonais « témoigne du dynamisme actuel de Nissan en Chine, rare constructeur à avoir vu ses ventes croître de plus de 10 % l'an dernier ». Qui ajoute : « A titre de comparaison, Volkswagen, pour qui la Chine est le premier marché, a lancé un plan d'investissement de 10 milliards d'euros d'ici à 2025 dans l'électrique. »

La politique volontariste menée par Pékin, qui, dès l’année prochaine, soumettra tous les constructeurs à d’ambitieux quotas de véhicules « verts », entraîne tous les acteurs du secteur à investir massivement dans l'électrique. Nissan n’échappe pas à cette contrainte posée par les autorités politiques chinoises, et prévoit dorénavant que l'essentiel de ses ventes additionnelles dans les prochaines années portera sur les voitures électriques.

 

20 modèles électrifiés d'ici à 2022

Pour tenter de conquérir le difficile et très concurrentiel marché automobile chinois et réaliser ses objectifs de vente, Nissan va lancer 20 modèles électrifiés d'ici à 2022, date à laquelle les modèles électriques et hybrides représenteront 30 % de ses ventes locales, assure-t-il. Le constructeur prévoit de vendre « plus de 1,6 million de véhicules » en 2018, a-t-il par ailleurs annoncé. De son côté, son concurrent Toyota compte lui écouler 1,4 million de véhicules en Chine cette année, presque 9 % de plus qu'en 2017, bien que des responsables du groupe aient précisé que cet objectif serait difficile à atteindre. En Europe, l’allié de Renault et de Mitsubishi lancera 6 nouveaux modèles électrifiés sous les marques Nissan et Infiniti.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.