En Thaïlande, Mercedes installe 200 bornes de recharge pour ses hybrides

Publié le 06 septembre 2018 à 15h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Les véhicules hybrides rechargeables représentent déjà 40 % des ventes de Mercedes en Thaïlande

Les véhicules hybrides rechargeables représentent déjà 40 % des ventes de Mercedes en Thaïlande

Très investi dans le pays, le groupe Daimler s’est engagé à déployer 200 bornes de recharge chez ses concessionnaires et ses partenaires constitués de centres commerciaux et d’hôtels. Des stations de ravitaillement destinées aux Mercedes à motorisation hybride rechargeable assemblées localement.

En Thaïlande, les modèles hybrides rechargeables représentent déjà 40 % des ventes de Mercedes-Benz. Une spécificité liée en partie aux incitants fiscaux mis en place par le gouvernement mais aussi à la production locale de trois véhicules essence-électrique : la familiale Classe C 350e, la berline Classe E 350e ainsi que le SUV GLE 500e. Avec son partenaire TAAP, la filiale thaïlandaise de Mercedes-Benz va par ailleurs investir 110 millions d’euros d’ici 2020 dans une usine de batteries et dans la modernisation de ses sites. Objectif : accueillir les futurs modèles électrifiés de la gamme.

Mercedes Classe E hybride rechargeable 

Modèle de partenariat inspiré de Tesla

Pour accompagner la croissance du marché des hybrides rechargeables, la firme à l’étoile a repris le modèle de Tesla instauré dans le cadre de son programme « Destination Chargers ». En partenariat avec ses distributeurs, des centres commerciaux et des groupes hôteliers, le constructeur s’est engagé à installer 200 bornes de recharge d’ici la fin du mois de septembre. Fournies par le néerlandais EVBox, les Wallbox dotées d’une seule prise de 3 kW – assurant un temps de charge moyen de 2h30 – sont financées par Mercedes tandis que les frais de raccordement sont pris en charge par les partenaires dont les groupes Mariott, Hilton et Minor.

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.